Eaux usées dans les barrages : L’Environnement et l’Agriculture appelés à présenter un rapport

L’affaire de pollution des eaux du barrage de Sidi Salem, révélée par le député Badreddine Gammoudi, fait encore couler de l’encore. Cette fois-ci, c’est la présidence du gouvernement qui a réagi.

Le ministre des Affaires locales et de l’environnement par intérim et le ministre de l’Agriculture par intérim, ainsi que les établissements publics concernés, ont été appelés à présenter un rapport sur cette affaire dans un délai ne dépassant pas les 48 heures, annonce la Kasbah, dans un communiqué publié hier, lundi 8 mars 2021.

Lors d’une rencontre tenue avec des députés, le Chef du gouvernement Hichem Mechichi a commenté l’affaire, affirmant que toute partie impliquée doit assumer sa responsabilité légale.

Dernièrement, en rendant visite au barrage Sidi Salem à Béja, Gammoudi a dénoncé un scandale sanitaire, voire même un « crime contre les Tunisiens ».

Le député affirme avoir constaté que « la station d’assainissement de l’ONAS de Béja déverse ses eaux usées et polluées dans le barrage et ce sans que ces eaux ne soient traitées selon les normes sanitaires ».

Pour lui, il s’agit d’un crime contre l’humanité dont sont victimes les Tunisiens, d’autant plus que le barrage approvisionne la capitale Tunis, le nord-est, la région du Sahel et Sfax en eau potable.

Le député affirme avoir même inspecté des cadavres d’animaux, des saletés, des déchets, des eaux usées infectes, etc. dans ce barrage.

Une enquête a d’ailleurs été ouverte à cet effet par le ministère public.

Commentaires:

Commentez...