Ghodwa… commence le tournage du film que réalise Dhafer L’Abidine

 

 

Dhafer L'Abidine Ghodwa
Dhafer L’Abidine présente son film Ghodwa…

 

Une conférence de presse s’est tenue dans le nouvel espace culturel « Le 32Bis », sis à la Rue Ben Gedhahem à Tunis, pour présenter Ghodwa… (Demain) le prochain film de Dhafer L’Abidine. La nouveauté est que cette fois-ci, Dhafer sera non seulement acteur, mais également réalisateur pour la première fois de sa carrière.

C’est Dhafer L’Abidine et sa coproductrice Dorra Bouchoucha (Nomadis Images) qui ont parlé de ce nouveau long métrage de fiction, dont le tournage va débuter le mardi 9 mars au centre-ville de Tunis.

Dhafer L’Abidine a affirmé être très heureux et fier d’accomplir enfin un rêve : réaliser son propre film. En effet, en tant qu’acteur, il est toujours obligé de se conformer au personnage qu’il interprète, dans le cadre qui correspond au travail demandé et tel que le conçoit le réalisateur du film. Cette fois-ci, en tant que scénariste et réalisateur, il va enfin pouvoir s’exprimer lui-même et communiquer son propre point de vue et prendre la responsabilité de tout le projet et tous les personnages. Cette fois-ci, le film va enfin refléter son point de vue personnel. Surtout qu’il a coécrit une histoire qui lui est proche, et proche du milieu dans lequel il a vécu et a été élevé.

Ghodwa

Ghodwa… est un drame social, une histoire tunisienne, tirée de notre société tunisienne, qui raconte la relation d’un père, Habib, avec son fils Ahmed, 15 ans, qui après des années de séparation, sont réunis dans des circonstances exceptionnelles. Dhafer refuse d’en dire plus, mais promet que ce film sera différent de ce qu’on a l’habitude de voir.

Pourquoi ce titre Ghodwa… ?

D’après Dhafer, « Ghodwa » est important pour nous tous. Dans nos vies, nous parlons toujours de « Ghodwa ». L’espoir est pour « Ghodwa ». Dans le film, il va se passer quelque chose d’important lié à un moment précis et qui aura des répercussions sur « Ghodwa ».

A part le coscénariste et le directeur de la photographie, qui sont égyptiens, le film est entièrement tunisien, tiré de notre réalité tunisienne, tourné en Tunisie et avec une équipe tunisienne.

Concernant les acteurs, Dhafer a précisé qu’il a tenu à choisir ceux qui lui semblaient les plus à même d’interpréter et incarner les personnages, tels qu’il les a conçus. Aucun autre critère n’a influencé ses décisions. L’important n’était pas de choisir des stars, mais d’avoir des acteurs qui puissent refléter sa pensée. Son choix s’est porté notamment sur Najla Ben Abdallah, Bahri Rahali, Ghanem Zrelli, Rabeb Srairi et Ahmed Berrhouma.

Dhafer L'Abidine Ghodwa
Dhafer L’Abidine présente son film « Ghodwa… »

Etant une star arabe et internationale, il est évident que Dhafer L’Abidine aurait pu réaliser son film dans le pays de son choix, y compris en Egypte, qui dispose d’une vraie industrie cinématographique, et aurait pu ainsi garantir à son film un succès commercial. Mais pour lui, ce qui est important, est que ce film tiré de la réalité tunisienne et qui se devait donc d’être tunisien, soit beau, sincère et attachant. C’est ainsi qu’il pourra et saura toucher tous les publics, tunisiens ou autres, et faire carrière, tout en surmontant le problème que pourrait poser la compréhension du dialecte tunisien par le public arabe.

« Personnellement, je suis toujours prêt à tenter de nouvelles expériences, j’essaye d’évoluer et d’apprendre. Ghodwa… est aussi un défi, un défi que je suis heureux de relever. Et je suis très honoré de le faire en collaboration avec Dorra Bouchoucha » a-t-il conclu.

Dorra Bouchoucha
Dorra Bouchoucha, coproductrice du film Ghodwa…

Pour Dorra Bouchoucha également, Ghodwa… sera une première. C’est en effet la première fois qu’elle va produire un film dont le scénario est déjà entièrement écrit, alors qu’elle a l’habitude de travailler sur des films qui sont encore au stade de projet, d’idée ou d’embryon de scénario.

« Dhafer que je connais depuis longtemps, m’a soumis un scénario et m’a demandé mon avis. J’ai aimé. Les personnages sont profonds. C’est tranchant et attachant. L’histoire est réellement tunisienne, mais en même temps universelle. Le sujet n’est pas nouveau, mais c’est le point de vue et l’empreinte du réalisateur et le traitement qui sont différents et qui reflètent quelque chose de nouveau. Nous avons fignolé un petit peu le scénario, et nous avons commencé à travailler rapidement, parce que tout a été facile », a déclaré Dorra Bouchoucha. « Je crois en ce film, parce que je connais Dhafer L’Abidine, et qu’en plus du talent, je le sais grand travailleur, perfectionniste et exigeant avec lui-même » a-t-elle ajouté.

Neïla Driss

Commentaires:

Commentez...