L’ATDDE dénonce l’atteinte à l’intégrité corporelle d’élèves, obligés à se raser la tête

Le président de l’Association tunisienne de défense des droits de l’enfant (ATDDE), Moez Cherif, a dénoncé, ce samedi 7 mars 2021, l’acte « inqualifiable » commis par un responsable dans une école privée à la Cité Ettahrir à Tunis, qui a pris la décision de raser les cheveux d’élèves sans avoir l’autorisation de leurs parents et ce, en dehors de l’établissement scolaire.

« C’est une atteinte flagrante à l’intégrité corporelle des enfants que rien ne peut justifier », a indiqué Moez Cherif sur la page officielle de l’association. Dans une déclaration à l’agence TAP, il a, par ailleurs, estimé que « le silence des autorités concernées face à de tels actes portant atteinte aux droits de l’enfant et l’impunité des coupables menacent aujourd’hui la santé psychologique et physique des élèves ».

Il a exhorté de réviser en toute urgence le code de protection de l’enfant pour y intégrer un chapitre sur l’enfant menacé afin de lutter contre la violence à l’égard des enfants et garantir la condamnation des coupables.

Dans sa réponse, le propriétaire de l’école a présenté ses excuses aux élèves et à leurs parents, affirmant avoir agi « de bonne foi », et qu’il n’avait pas l’intention de porter atteinte aux élèves ni à leurs parents. Selon le délégué régional de l’Education à Tunis 2, Mohamed Gazouni, il s’est avéré que le la décision de couper les cheveux aux enfants a été prise par le responsable de l’établissement qui a justifié cet acte par la volonté d’améliorer leur apparence physique.

Il a ajouté que les victimes de ce comportement bénéficieront au cours de la semaine prochaine d’une assistance psychologique pour les aider à surmonter cet incident.

Commentaires:

Commentez...