Est-il vraiment temps de déployer la 5G en Tunisie ?

Hichem Besbes, professeur de télécommunications et ex-président de l’Instance nationale des télécommunications (INT), a soulevé une question essentielle dans une récente interview qu’il a accordée à un média de la place : Est-il vraiment temps de déployer la 5G en Tunisie ?

Hichem Besbes considère d’ailleurs que le déploiement de la 5G en Tunisie ne serait efficace que d’ici fin 2022 ou début 2023.

Selon lui, la 5G pourra apporter des solutions à la connectivité des foyers et assurer un débit très important et une meilleure stabilité, en utilisant la technologie des connexions d’accès sans fil fixe « Fixed Wireless Access » (FWA), reste que cette technique est déjà existante avec la 4G.

Or, actuellement la connectivité par la 4G n’a pas atteint la maturité requise. D’ailleurs, plusieurs améliorations peuvent être apportées à la 4G, mise en service en Tunisie en 2016, pour optimiser la densification du réseau à travers tout le pays.

Les opérateurs, Tunisie Telecom, Ooredoo et Orange n’ont pas encore suffisamment rentabilisé les investissements déployés pour les technologies 3G et 4G, d’autant plus que le déploiement de la 5G nécessite des investissements lourds sans oublier le coût de la licence.

Ainsi, déployer la 5G pour le seul le service « Fixed Wireless Access, ne semble pas une très bonne approche, précise le professeur, soulignant « qu’il faut jeter un œil sur les autres services qui seront réservés aux entrepreneurs et industriels, avec des applications qui peuvent avoir un impact sociétal.

En d’autre termes Hichem Besbes prône une évolution du modèle économique qui tendra à créer les besoins encourageant le développement de la 5G, ajoutant que « pour garantir une très bonne transformation digitale, il faut changer les états d’esprit et renforcer les capacités en matière de numérique ».

Il avance deux autres arguments dans ce sens : le fait que le marché des terminaux mobiles compatibles 5G n’est pas assez mature, et que le prix de ces terminaux reste élevé.

Pour rappel, la cinquième génération de connectivité Internet mobile est un « enabler » (facilitatrice) de la quatrième génération qui promet des vitesses de téléchargement et d’envoi de données beaucoup plus rapides (de 10 à 20 fois), et des connexions plus stables.

Elle favorisera le déploiement massif de « l’internet des objets » (IoT), l’utilisation du Cloud et l’adoption de l’intelligence artificielle.

Commentaires:

Commentez...