Situation de l’école publique : Le cri d’alarme de Fethi Slaouti

Tout le monde s’accorde sur ce constat, mais personne n’a pu apporter des solutions concrètes. Lorsque le ministre de l’Education lance un cri de détresse pour sauver la situation, on s’aperçoit de la gravité des choses.

Le ministre de l’Education, Fethi Slaouti, a indiqué vendredi dans une déclaration accordée à l’agence TAP que « l’école publique est aujourd’hui plus menacée que jamais « , soulignant qu’il faut la sauver en relançant le processus de la réforme de l’éducation.
En marge d’un colloque syndical à Hammamet sur « les femmes inspectrices et le leadership », Slaouti a ajouté que la situation difficile que traverse la Tunisie et l’instabilité politique ont grandement contribué au retard dans la relance du processus de réforme de l’éducation.

Dans son discours d’ouverture, il a rappelé la détermination inébranlable du ministère de l’Education à relancer le processus de réforme de l’éducation, d’autant plus que l’école n’est plus en mesure de répondre aux aspirations des élèves et des parents.  » L’étape actuelle nécessite des efforts concertés pour sauver ce qui peut être sauvé, d’autant plus que le système éducatif et l’école publique sont en danger et ont perdu leur rôle d’ascenseur social « , a-t-il notamment ajouté.

Il a souligné que ce rôle est confié à toutes les composantes du système éducatif qui ont démontré une grande capacité à formuler le projet de réforme et à la réussir, soulignant « l’impératif de veiller à offrir à nos enfants ce dont ils ont besoin pour retrouver l’attractivité de leurs écoles. « 

Commentaires:

Commentez...