Scandale des déchets : La justice italienne donne raison à la Tunisie

Nouveau rebondissement dans l’affaire des déchets italiens ! Selon toute vraisemblance, la justice italienne a condamné la société qui a exporté ces déchets en Tunisie et lui a ordonné de rapatrier ces déchets.

C’est du moins ce qu’a affirmé, ce mardi 9 février 2021, le député Oussama Seghaier (Ennahdha – Circonscription d’Italie), annonçant ainsi que les déchets doivent maintenant être récupérés par cette société italienne.

Il y a quelque jours, des députés au Parlement européen avaient appelé à la création d’une commission pour enquêter sur le dossier de ces déchets italiens, selon le député Majdi Karbai, précisant que le Parlement européen avait condamné la région italienne de Campanie pour sa violation flagrante des principes des accords de Bâle sur l’exportation de ce type de déchets.

Le Parlement européen avait également appelé la région de Campanie à assumer sa responsabilité à restituer les déchets, selon le député.

Le mois dernier, France 2 confirmait l’envoi de déchets italiens vers la Tunisie et évoquait le rôle de la mafia dans sa gestion des déchets hospitaliers dans le sud de l’Italie et leur envoi vers la Tunisie.

Ces conteneurs sont liés au scandale des déchets importés d’Italie et découverts à Sousse comme l’avait révélé l’émission « Les 4 vérités », début novembre, expliquant que 70 conteneurs de déchets en provenance d’Italie, transportant 120 tonnes de déchets, venaient d’arriver en Tunisie et que plus de 200 autres conteneurs sont encore en attente dans le port de Sousse.

Des tonnes de déchets d’origine inconnue avaient également été découvertes, le 30 décembre dernier, dans la région de Chebika, dans le gouvernorat de Kairouan.

Rappelons qu’en Tunisie, le scandale des déchets importés d’Italie a fait grand bruits avec le limogeage du ministre des Affaires locales et de l’environnement, Mustapha Laroui et son arrestation ainsi que onze autres responsables.

Au total, 23 personnes impliquées dans ce scandale sont dans le viseur de la justice. Parmi ces 23 suspects, 12 ont été placés en garde à vue par le ministère public à Sousse avant l’émission de huit mandats de dépôt.

Dix autres personnes ont comparu, le 21 décembre 2020, devant le procureur en état de liberté, alors que le propriétaire de la société importatrice SOREPLAST reste toujours recherché, étant en fuite depuis que le scandale a éclaté.

Le principal suspect dans cette affaire aurait quitté la Tunisie début novembre et un avis de recherche avait été émis à son encontre à la date du 17 novembre, 2020. Cette personne, identifiée sous le nom de « Boulon », probablement un nom d’emprunt, est originaire de Sousse et réside en Allemagne.

Il avait conclu un contrat avec les Italiens pour l’importation de 282 conteneurs de déchets, pesant au total 11.280 tonnes, soit 40 tonnes pour chaque conteneur sachant que 70 conteneurs sont entrés illégalement en Tunisie, le reste étant bloqué au port de Sousse.

Commentaires:

Commentez...