Crise politique : Kais Saied réitère son refus du remaniement ministériel

En recevant, ce mercredi 3 février 2021, le secrétaire-général de l’UGTT, le président de la République Kais Saied a réitéré son refus du dernier remaniement ministériel.

En effet, dans un communiqué rendu public, ce mercredi, la présidence de la République a annoncé que le chef de l’Etat a renouvelé son rejet du remaniement ministériel qu’il juge contraire aux dispositions de la Constitution.

Le chef de l’Etat a souligné les efforts de la centrale syndicale visant à sortir de cette crise, mais s’est dit « attaché à ses engagements et principes envers le peuple », rappelant que tout dialogue doit être soumis à ces principes.

Le président de la République avait menacé de priver certains ministres liés à des soupçons de conflits d’intérêt de faire cet acte protocolaire. En effet, alors que le président de la République semble retarder cette cérémonie, les nouveaux ministres ayant obtenu l’aval des députés s’impatientent pour prêter serment et commencer leurs missions.

D’ailleurs, le chef du gouvernement Hichem Mechichi a reçu, vendredi 29 janvier, au Palais du gouvernement à la Kasbah, les nouveaux ministres qui ont obtenu, mardi dernier, la confiance du Parlement.

Selon un communiqué de la Présidence du gouvernement, Mechichi a appelé les nouveaux membres de son équipe gouvernementale à consentir les efforts nécessaires pour appliquer la politique du gouvernement, mettre en œuvre ses plans et lancer les réformes urgentes, loin des tiraillements politiques.

Selon le porte-parole du Tribunal administratif, Imed Ghabri, la crise liée à la prestation de serment des nouveaux ministres n’est pas uniquement une crise constitutionnelle.

Il a expliqué qu’en plus d’être constitutionnelle, cette crise jettera son ombre sur le contentieux administratif.  « Comme nous le savons tous, les ministres sont des directeurs d’établissements en premier lieu », a noté Ghabri, indiquant que la question de prêter serment soulèvera des litiges administratifs dans le cas où les nouveaux ministres assumeraient leurs fonctions sans passer par cette cérémonie.

Commentaires:

Commentez...