Déchets importés : Aucun responsable tunisien pour négocier avec la partie italienne, selon Gammoudi

Le président de la commission parlementaire de lutte contre la corruption, Badreddine Gammoudi, a dénoncé l’inertie du gouvernement face à l’affaire des déchets italiens.

Lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi 13 janvier 2021, Gammoudi a critiqué l’absence d’une partie tunisienne officielle pour négocier avec la partie italienne « qui a fait preuve d’une volonté d’interagir et de reprendre les déchets ».

Selon le député, cette absence représente un scandale d’État.

Et d’appeler le Chef du gouvernement Hichem Mechichi à prendre toutes les mesures qui permettraient de renvoyer les déchets vers leur source dans les délais.

Il s’agit certainement de l’un des scandales écologiques les plus marquants de l’histoire de la Tunisie. Le scandale avait été révélé par l’émission « Les 4 vérités », le 2 novembre dernier, selon laquelle une société importait de grandes quantités de déchets domestiques en Tunisie, à partir de l’Italie à des fins non connues.

La société tunisienne recevrait 48 euros pour chaque tonne de déchets importée. 70 conteneurs de déchets en provenance d’Italie, transportant 120 tonnes de déchets ont été acheminées en Tunisie.

Douze personnes avaient été arrêtées et placées en garde à vue :

  • Le ministre de l’Environnement limogé, Mustapha Laroui
  • Le directeur du cabinet du ministre
  • Le directeur à l’Agence de gestion des déchets
  • Un directeur à l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement
  • Le président d’un commission à l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement
  • Un employé à la direction régionale de l’environnement à Sousse
  • L’ancien directeur général de l’Agence de gestion des déchets
  • Un directeur à l’Agence de gestion des déchets
  • Un cadre de la Douane
  • Le propriétaire d’un laboratoire privé
  • Un douanier
  • Un employé de la Poste

Commentaires:

Commentez...