Disparition de Maradona : Le rapport toxicologique ne révèle aucune trace d’alcool ou de stupéfiants

La légende du football mondial, Diego Armando Maradona, décédé le 25 novembre dernier à 60 ans, d’un arrêt cardiaque, souffrait de troubles rénaux, cardiovasculaires et hépatiques mais n’avait pas récemment consommé d’alcool ou de stupéfiants, selon une expertise diffusée dans la nuit de mardi à mercredi 23 décembre 2020.

Près d’un mois après sa disparition, certaines personnes dont sa propre fille s’interrogeaient sur les circonstances de la mort d’El Pibe de Oro. Mais un rapport toxicologique, effectué sur le corps de l’ancienne légende du football argentin n’a révélé aucune trace d’alcool ou de drogue.

En revanche, cette analyse complémentaire à l’autopsie, menée par le parquet de San Isidro pour s’assurer qu’aucune négligence ou imprudence n’a été commise dans les soins apportés à l’idole argentine révèle que Diego Maradona ne suivait pas de traitement contre ses problèmes cardiaques.

C’est en tout cas ce qu’a affirmé un des enquêteurs qui a assuré que Maradona s’est vu administrer « des médicaments psychotropes mais aucun médicament pour sa maladie cardiaque ».

Le document publié par le parquet précise que Maradona souffrait d’une cirrhose, d’une insuffisance et de problèmes rénaux, ainsi que de nombreux troubles cardiaques et artériels. Aucune trace d’alcool ou de stupéfiants n’a été décelée dans le sang ou l’urine du vainqueur de la Coupe du Monde 1986. Les analyses toxicologiques ont en revanche révélé la présence dans son organisme de plusieurs traces de médicaments, dont un antidépresseur.

Commentaires:

Commentez...