La LTDH met en garde contre un déclin des libertés publiques et individuelles

La Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) a exprimé sa profonde préoccupation face à la situation des droits de l’homme en Tunisie, mettant en garde contre « des signes de déclin dans le domaine des libertés publiques et individuelles ».

Dans un communiqué publié ce jeudi 10 décembre 2020 à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, elle a souligné que malgré la Constitution de 2014 et les lois soutenant les droits de l’homme, l’engagement à les mettre en œuvre sur le terrain est toujours en deçà des attentes.

La LTDH a souligné que plusieurs arrestations ont eu lieu auprès de blogueurs ayant exprimé leurs opinions alors que les attaques contre des journalistes sont devenues de plus en plus fréquentes, en plus des tentatives de faire adopter des lois qui limitent la liberté d’opinion et d’expression et restreignent le travail journalistique.

La Ligue a également condamné la pratique continue de la torture et des pratiques dégradantes et a appelé les autorités tunisiennes à assumer leurs responsabilités et à respecter leurs obligations nationales et internationales.

Dans le même contexte, elle a dénoncé la lenteur et le laxisme dans la mise en place des organes constitutionnels indépendants et de la Cour constitutionnelle, considérée comme l’un des piliers de la démocratie et de l’État de droit.

Commentaires:

Commentez...