Décès tragique à l’hôpital de Jendouba : Le ministre avait pourtant promis de réparer l’ascenseur !

La mort tragique d’un jeune médecin résident à l’hôpital de Jendouba rouvre le débat autour de l’infrastructure défaillante de nos hôpitaux. A Jendouba, le manque d’entretien d’un ascenseur a causé la mort d’un médecin à la fleur de l’âge.

Revenant sur cet accident douloureux, Béchir Saïdi, secrétaire général du syndicat des médecins, des dentistes et des pharmaciens à Jendouba, a témoigné ce vendredi 4 décembre, lors de son passage sur Mosaïque FM, que le ministre de la Santé était au courant de l’état des ascenseurs à l’hôpital de Jendouba.

« Sur un total de six, un seul était fonctionnel », a-t-il affirmé ajoutant que « le ministre avait promis de réparer les ascenseurs au mois de novembre, mais rien n’a été fait ».

En effet, le ministre de la Santé, Fouzi Mahdi, était en visite dans cet hôpital, le 3 octobre dernier. Il s’était alors engagé à résoudre certains problèmes au niveau des équipements de cet hôpital, selon un communiqué du ministère de la Santé.

Le ministère de la Santé a annoncé, hier jeudi 3 décembre 2020, le décès d’un jeune médecin-résident, Badreddine Aloui à l’hôpital régional de Jendouba, « après avoir fait une chute dans une cage d’ascenseur ».

Le ministère annonce également avoir ordonné une enquête immédiatement pour revenir sur les faits de cet accident et déterminer les responsabilités.

Sauf que selon Mosaïque FM, le médecin-résident est mort après une chute dans la cage d’un ascenseur qui était en panne depuis plusieurs jours.

« La victime a fait une chute de dix mètres et a succombé aux fractures et blessures graves qu’elle a subies », a-t-on expliqué.

Commentaires:

Commentez...