Tunisair toujours sans PDG, la pression est sur Hichem Mechichi

Le 23 octobre dernier, le ministère du Transport et de la logistique annonçait la nomination de quatre nouveaux PDG à la tête des sociétés, placées sous sa tutelle dont celui de la compagnie aérienne Tunisair.

Après le limogeage d’Elyes Mnakbi, c’est Wassef Ayedi, ingénieur spécialisé dans l’aviation et ancien DG de la compagnie, qui avait été nommé, mais qui a préféré jeter l’éponge avant même d’occuper son poste.

Depuis le départ d’Elyes Mnakbi, Tunisair est toujours sans PDG bien que plusieurs noms ont été proposés au chef du gouvernement, Hichem Mechichi pour diriger la compagnie. Or, ce dernier n’a toujours pas pris de décision allant dans ce sens et donne l’impression d’avoir relégué cette « affaire » au second plan.

Parmi les nombreux noms proposés, beaucoup ont prouvé leurs compétences et sont aptes à diriger une compagnie comme Tunisair. Certains ont, il est vrai, refusé le poste, mais ce n’est pas la vraie raison de ce blocage à la tête de la compagnie.

Comme à son habitude, le syndicat a fourré son nez dans cette affaire de nomination et a même proposé son candidat au poste de PDG, l’actuel DGA commercial. Mieux encore, il tente, par tous les moyens possibles et notamment en faisant pression sur Hichem Mechichi, de caser son protégé à ce poste.

Le chef du gouvernement s’est donc retrouvé dans une position inconfortable. Soumis à des pressions de la part du syndicat, il aurait donc décidé de ne pas donner suite, pour l’instant, à cette affaire. Et c’est, bien entendu, Tunisair qui en subi les conséquences.

A la croisée des chemins et en attendant l’activation d’un plan de sauvetage à court terme, les revenus de la compagnie aérienne nationale ont chuté de 67%, durant les trois premiers trimestres de l’année 2020, par rapport à la même période de 2019, pour ne pas dépasser les 436 millions de dinars (MD), contre 1336 MD, à fin septembre 2019.

Tunisair fait état aussi, d’une diminution du nombre de passagers, toutes activités confondues, de 74%, au cours du troisième trimestre 2020 comparées à celles de la même période de 2019, et ce, à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus.

Commentaires:

Commentez...