Le passeport diplomatique, parmi les revendications des magistrats

Le président de la République, Kaïs Saïed, a reçu, jeudi, au palais de Carthage, plusieurs représentants des structures professionnelles judiciaires, dont le président de l’Association des magistrats tunisiens (AMT), Anas Hmaidi.

Evoquant les protestations observées depuis quelques semaines par la magistrats, Hmaidi a renouvelé la demande d’accorder des passeports diplomatiques aux juges, comme c’est le cas pour leurs homologues dans plusieurs pays, « afin qu’ils soient traités d’une manière digne de l’autorité à laquelle ils appartiennent ».

Le président de l’AMT a présenté le point de vue des juges et leurs demandes urgentes formulées dans un mémorandum détaillé qu’il a remis au Président de la République. Parmi ces demandes figurent le traitement des juges et de leurs familles à l’hôpital militaire et l’augmentation salariale « qui leurs préserverait leur dignité et les immuniserait contre les tentations ».

Hmaidi a également passé en revue, au cours de cette réunion, les conditions difficiles dans lesquelles les juges travaillent en termes de manque de moyens, de faiblesse de l’infrastructure des tribunaux et du faible niveau et qualité des services judiciaires, ce qui appelle une intervention urgente pour sauver la justice de l’effondrement.

L’AMT, notons-le, a appelé au prolongement de la grève de trois jours supplémentaire, au samedi 28 novembre 2020, jusqu’à ce qu’un accord qui définisse des solutions définitives aux revendications en cours de négociation soit trouvé.

Elle a affirmé son adhésion aux demandes légitimes des juges et à la réforme du système judiciaire, et son engagement pour les défendre jusqu’à ce qu’elles soient réalisées.

Commentaires:

Commentez...