Des vœux à la manière de Pablo Neruda ou comment cueillir l’année entière

Photo : Yoshisato Minagawa

En guise de vœux de bonne année, je voudrais partager avec vous une citation de Pablo Neruda. Une belle citation qui est un éloge à rebours de la vie.

Certains amis lecteurs se souviennent peut-être des vœux que nous partagions à la manière de Jacques Brel qui souhaitait à tous des « rêves » à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.

Voici cette année deux longues phrases du grand Neruda, deux phrases qui vous donneront certainement l’envie de tourner le dos à la routine et vous tourner vers le gai savoir. Lisez plutôt!

« Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude, refaisant tous les jours les mêmes chemins, celui qui ne change jamais de repère, ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements ou qui ne parle jamais à un inconnu, celui qui évite la passion, celui qui ne change pas de cap, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie, n’a fui les conseils sensés.
Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n »écoute pas de musique, celui qui ne sait pas rire de lui-même ».

Dès lors, soyons hors monotonie, changeons de chemin ou de cap, allumons la passion, rencontrons la nouveauté, prenons de beaux risques pour que nos rêves restent vivants, fuyons les conseils paternalistes, voyageons, lisons, écoutons de la musique et quand il le faut, rions de nous mêmes.

En un mot, aimons la vie et cueillons les heures, les jours, les semaines, les mois et la nouvelle année entière.

Meilleurs vœux amis lecteurs! Et soyons à l’image de ce chat qui s’étire, entouré de beauté et droit dans ses rêves!

Commentaires:

Commentez...