Kais Saied veut une solution pour les enfants tunisiens détenus en Libye

Le président de la République, Kais Saied, a reçu, ce mardi 10 décembre 2019, le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’union nationale libyen, Fayez El Sarraj, en visite officielle en Tunisie.

Lors de leur rencontre, plusieurs points ont été abordés et notamment les relations économiques et politiques entre les deux pays, mais les questions humanitaires ont également abordées lors de leur réunion au palais de Carthage.

A ce titre, Kais Saied a appelé à la nécessité de trouver une solution pour les enfants tunisiens détenus en Libye. Il a également évoqué la disparition de Walid Kesiksi, employé à l’ambassade de Tunisie à Tripoli et qui a disparu depuis le 13 octobre 2014. Il a, bien entendu évoqué la disparition des journalistes Sofien Chourabi et Nadhir Ketari.

Dans le contexte précis des enfants tunisiens détenus en Libye, le président de l’observatoire des droits de l’Homme, Mustapha Abdelkebir a annoncé à plusieurs reprises que ces enfants tunisiens seraient rapatriés.

Rappelons qu’en janvier, le président de l’Association de sauvetage des Tunisiens coincés à l’étranger, Mohamed Ikbel Berjab, avait appelé les gouvernements libyen et tunisien à prendre des mesures et à coopérer pour rapatrier 73 enfants tunisiens se trouvant en Libye.

Enfants d’anciens terroristes du groupuscule Daech, tués lors des raids américains, ces enfants se trouvent éparpillés dans différentes régions du pays, certains sont détenus par les forces spéciales Radaa, alors que d’autres sont accueillis chez Le Croissant rouge libyen.

Le président de l’association Mohamed Ikbel Berjab avait critiqué l’attitude des autorités tunisiennes qui, selon lui, « n’ont pas bougé le petit doigt » par rapport à ce dossier.

De même, l’ONG Human Rights Watch a estimé que la Tunisie tarde à faciliter le retour des enfants tunisiens, au nombre de 200, et qui sont actuellement détenus sans inculpation dans des prisons ou des camps mis en place pour les familles de membres de l’État islamique. La plupart de ces enfants sont détenus avec leur mère, mais au moins six sont orphelins, note HWR.

Sur le plan des relations économiques, Kais Saied et Fayez El Sarraj ont prôné le renforcement de la coopération à travers la levée des différents obstacles qui entravent la circulation des personnes et des marchandises entre la Tunisie et la Libye comme la fermeture du point de passage de Ras Jedir.

Enfin, Kais Saied a évoqué le cas libyen et le conflit qui perdure dans ce pays, soulignant la nécessité de trouver une solution à la situation en Libye dans le cadre de la légitimité internationale.

Commentaires:

Commentez...