C’est trop compliqué pour un billet ! Quand Ennejma Ezzahra joue à Kafka

Pour acheter un simple billet d’accès à un concert de musique à Ennejma Ezzahra, les procédures sont d’une complexité qui frôle la tracasserie administrative.

Hier, des mélomanes fidèles du festival sont venus de Nabeul pour acheter plus de 25 billets mais ils ont été tellement embrouillés par les responsables du guichet qu’ils ont rebroussé chemin.

Il s’agissait de paiements en ligne, de cartes bancaires et de papiers d’identité. Ce matin, j’ai mieux compris l’imbroglio en recevant ce courrier de mon amie Jacqueline Gharbi qui a subi la même mésaventure.

Écoutez plutôt et je suis certain qu’il doit y avoir beaucoup de situations similaires.
« Désirant assister à plusieurs des spectacles proposés par Mûsiqat à Ennejma Ezzahra, nous nous sommes rendus au guichet. Surprise! Les billets se vendent seulement en ligne.

Problème pour ceux qui n’ont pas d’ordinateur ou pas d’accès à internet et pas de carte de banque. Solution proposée: demandez à un ami de le faire pour vous.

Cet ami serviable (qui lui ne vient pas aux spectacles) s’entend répondre que, malgré le paiement en bonne et due forme, il faut que les détenteurs des billets aient avec eux la carte de banque et la carte d’identité du payeur !

Contacté par téléphone, Ennajhama Ezzahra vous renvoie à Scoop Organisation qui vous répond qu’il ne s’occupe pas de cela.

Bref: du Kafka et plus d’accès à la culture pour le citoyen lambda. Même lorsqu’il veut payer sa place! »

En principe, la technologie c’est pour faciliter les choses mais dans ce cas, la confusion est de mise.

À nos amis d’Ennejma Ezzahra de rectifier le tir et profiter des dix jours qui nous séparent du festival Mûsiqat pour faire preuve de tact, de réalisme et de sens de l’organisation.

Commentaires:

Commentez...