Législatives : À Tunis I, on votera en son âme et conscience

Besma Khalfaoui, au jour de l’enterrement de Chokri Belaïd.

La discipline partisane et les programmes ne suffiront probablement pas à départager les listes concurrentes de la circonscription de Tunis I.

En effet, au-delà des partis, et des autres candidats, un face à face retient déjà l’attention de toute la Tunisie.

D’une part, Besma Khalfaoui, brillante juriste, intellectuelle de gauche et veuve de Chokri Belaïd.

Et d’autre part, Rached Ghannouchi, président du parti islamiste au pouvoir par prête-noms interposés.

Beaucoup d’électeurs s’apprêtent à voter en leur âme et conscience en faveur de Besma Khalfaoui dont la vie de son époux a été arrachée par un commando islamiste criminel.

Dans cette élection particulière, la discipline partisane pourrait ne pas être de mise, y compris dans le propre camp d’Ennahdha.

Même s’il s’agira d’un scrutin de liste et que ces deux candidats devraient être élus, cette confrontation indirecte devrait apporter de nombreuses voix à Besma Khalfaoui tant le profil de Ghannouchi évoque les catastrophiques années Troïka.

En glissant leur bulletin dans l’urne, beaucoup d’électeurs auront une pensée pour la Terreur subie par la Tunisie en ces années de plomb.

Et même s’ils ne voteront contre personne en particulier, ils auront à l’esprit l’image de cette femme digne et courageuse qui, depuis des années, demande la lumière sur l’assassinat de Belaïd.

Un face à face indirect aux allures de tragédie grecque ou shakespearienne, lorsque le destin rebondit et que l’humain l’emporte sur le machiavélique.

Commentaires:

Commentez...