Vols de bagages : Même le PDG de Tunisair n’a pas été épargné !

Photo d’illustration.

Le PDG de la compagnie nationale Tunisair, Elyes Mnakbi, a annoncé la création d’un nouveau comité chargé de surveiller les bagages des passagers dans les différents aéroports tunisiens.

Le comité assurera une surveillance 24h/24 afin de préserver la réputation des aéroports tunisiens. Cité par Mosaique fm, il a toutefois souligné que le nombre de bagages volés a diminué passant de 2016 plaintes en 2013 à 270 en 2018.

« En dépit du fait que la compagnie s’était employée à démanteler les gangs de voleurs, d’autres se sont rapidement formés », a-t-il ajouté, assurant que ses propres bagages à lui ont été volés à l’issue de l’un de ses voyages.

Il est à rappeler qu’en janvier, le ministre du Transport, Radhouane Ayara, avait annoncé le recrutement de 150 contractuels pour assurer la sécurité des bagages des pèlerins et des Tunisiens revenant de l’étranger.

Il avait également déclaré que la majorité des accusations contre des agents soupçonnés de vol n’ont pas été considérées comme des « crimes » et la justice s’est vue obligée de libérer les accusés « vu l’insignifiance des objets volés ».

« Ni la magistrature assise ni le ministère public n’ont employé le concept « d’insignifiance des objets volés » dans le traitement des dossiers judiciaires » a-t-il déclaré à l’agence TAP, faisant remarquer que « le concept ne fait pas partie du lexique juridique de la loi pénale tunisienne ».

En juillet 2018, la douane avait mis en place une cellule d’intervention pour mettre fin, ou du moins limiter, le phénomène de vol des bagages à l’aéroport de Tunis-Carthage.

Selon la directrice du bureau douanier de l’Aéroport Tunis-Carthage Safia Bilal, cette cellule appelée « cellule de choc », a limité considérablement les cas de vol de bagages à l’intérieur de l’aéroport puisqu’elle permet de contrôler tout le circuit de transport.

Cette cellule est liée directement à une salle d’opération qui permet de contrôler les bagages à distance grâce à des caméras de surveillance.

Commentaires:

Commentez...