Terrorisme : Et maintenant, nos députés réciteront-ils la Fatiha ?

Mehdi Zammali, agent sécuritaire, est tombé aujourd’hui, victime du terrorisme aveugle et de ses commanditaires, ennemis de la Tunisie.

Plusieurs autres agents ont en outre été blessés au cours des deux attentats de Bab Bhar et du Gorjani.

Puissent les blessés vite retrouver leurs forces et que la mémoire de Mehdi Zammali soit honorée.

Nos députés ont désormais le devoir de réciter la Fatiha en sa mémoire et la réciter à chaque fois qu’une Tunisienne ou un Tunisien tomberont sous les assauts de l’islamisme radical et criminel.

Mehdi Zammali est mort pour la Tunisie, en première ligne, victime d’une violence aveugle dont les commanditaires auraient pu viser d’autres cibles, en ce funeste 27 juin.

Hier encore, des nourrissons succombaient à l’hôpital de Nabeul. Hier encore, de valeureux porteurs d’uniformes de l’armée nationale et des forces de l’ordre étaient victimes d’attentats terroristes. Et hier encore, nos députés honoraient la mémoire d’un activiste islamiste égyptien dont les mains sont souillées de sang.

Pour leur honneur, nos députés, ces honorables représentants de toute la nation, ces porteurs pour chacun d’entre eux d’une étincelle de notre souveraineté, seraient bien inspirés de réciter une Fatiha à la mémoire de Zammali et de toutes celles et tous ceux qui, comme eux, comme lui, sont tout aussi détenteurs que n’importe quel député de cet éclat de souveraineté qui fonde son autorité.

C’est vrai Mehdi Zammali n’était pas un élu du peuple. Toutefois, il est devenu aujourd’hui un martyr de la Nation. Ce qui surpasse de loin certains mandats électoraux devenus de piteux sésames entre des mains parfois peu innocentes.

Que Mehdi Zammali repose en paix et que nos députés ainsi que nos autres institutions sachent l’honorer et, quand il le faut, faire amende honorable.

Commentaires: