Personne ne l’a oublié : Théodore, roi du casse-croûte nabeulien

Il faudra un jour établir la chronique des cent et un artistes du casse-croûte et du plat tunisien.

Il fut une époque où la plupart d’entre eux se recrutaient dans la communauté juive et le plus extraordinaire, c’est que le casse-croûte tunisien comme on l’aime continue à vivre pleinement à Paris ou Tel-Aviv.

A Nabeul, le plus fameux de ces marchands de casse-croûte – on devrait dire ces cordons bleus populaires – n’st autre que le fameux Théodore.

Plusieurs générations de nabeuliens se sont bousculés devant sa boutique pour y déguster ses spécialités maison.

Théodore était unique lorsqu’il s’agissait de plat tunisien, casse-croûte, brik avec ou sans oeuf, bissara et lablabi.

Il tenait tout de son père que tout le monde nommait El Otri. Avec son assistant Meyer, ils officiaient du matin au soir et on venait de loin pour déguster leurs spécialités.

De rares photos évoquent encore celui que les Nabeuliens surnommaient affectueusement Théo.

De même, l’emplacement de sa boutique reste connu de tous et constitue un repère incontournable dans la mémoire nabeulienne.

Commentaires: