Chawki Tabib : « L’argent, les lobbies et l’ingérence étrangère, menacent la transition démocratique »

Chawki Tabib, président de l’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption (INLUCC) vide son sac. Lors d’une conférence tenue, ce dimanche 2 juin 2019 par l’INLUCC en partenariat avec la Cour des comptes, pour traiter du thème de « l’intégrité dans la vie publique : quel rôle pour les partis politiques ? », il a notamment déclaré que la transition démocratique est menacée.

Selon lui, plusieurs facteurs viennent faire peser cette menace. « La Transition démocratique en Tunisie est menacée par l’argent politique, les lobbies corrompus et l’ingérence étrangère dans la vie politique », a-t-il fait savoir.

Des ambassades étrangères épinglées

Chawki Tabib a pointé du doigt « l’alignement de certains partis politiques derrière des parties étrangères ainsi que les activités de certaines ambassades étrangères pour influer sur la scène politique tunisienne ».

Il a également indiqué que « plusieurs dossiers concernant des politiques, des parlementaires et des professionnels des médias sont entachés de suspicion de corruption ».

22 partis seulement en règle

Toujours dans le même ordre d’idées, le président de l’INLUCC a épinglé 195 partis politiques (légaux) qui n’ont toujours pas présenté la liste de leurs dirigeants ou les déclarations relatives à leur patrimoine, soulignant que seulement 22 partis sont en règle sur ce plan.

Lors de cette conférence ont été également débattus les mécanismes propices à lutter contre la corruption, les fonds suspects en provenance de l’étranger, l’escroquerie et l’achat des voix des électeurs.

Commentaires: