La Cour des comptes appelle à la tenir à l’écart des tiraillements politiques

La Cour des comptes a publié un communiqué, ce vendredi, en réponse à la polémique induite par sa demande à la banque centrale de lui présenter les données bancaires du Mouvement Ennahdha et d’une liste de 140 politiques et activistes de la société civile.

L’institution s’est défendue expliquant que cette procédure entre dans le cadre de ses activités relatives au contrôle du financement de la campagne électorale des municipales de 2018, et ce en vertu de l’article 95 de la loi n°16 de l’année 2014 en date du 26 mai 2014 relative aux élections et référendums, révisée et complétée par la loi organique n°7 de l’année 2017 en date du 7 février 2017.

Dans ce communiqué, la Cour des comptes a ajouté que tous les partis ayant obtenu des siège dans les conseils municipaux sont concernés par cette procédure, et a appelé à la tenir à l’écart des tiraillements politiques afin qu’elle puisse « réaliser son travail indépendamment de toutes les parties ».

Dans une correspondance émise par la Banque Centrale de Tunisie, une demande a été formulée aux différentes banques tunisiennes pour avoir des informations sur les comptes bancaires du parti Ennahdha.

Cette mesure intervient sous demande de la Cour des Comptes, qui a, à son tour, émis une correspondance à l’attention de la Banque Centrale.

Un rapport détaillé sur les comptes de ces 140 personnes sera ensuite soumis à la justice. Certaines sources indiquent à cet effet, que des dirigeants d’Ennahdha sont notamment cités.

En réponse, le mouvement islamiste a dit espérer que la mesure prise par la Cour des comptes concernant les données bancaires du Mouvement et d’un certain nombre de personnes physiques, concernera tous les partis politiques.

Commentaires:

Commentez...