Majorations salariales : L’UGTT a réclamé une réunion avec le FMI, considéré comme le vrai « décideur » !

Palais de la Kasbah

Selon des responsables de l’UGTT ayant organisé une conférence de presse ce mercredi 16 janvier 2019 pour s’exprimer sur la grève générale de demain, le Fonds Monétaire International était fort présent et représenté lors des négociations d’hier, entre la délégation de l’UGTT et le gouvernement.

En effet, ces responsables, conduits par Sami Tahri, secrétaire général adjoint de l’UGTT, ont affirmé qu’ils ont dû attendre 2 heures avant de se réunir avec la partie gouvernementale, qui était, selon eux, en réunion avec des représentants du FMI. A cet, effet, « la partie syndicale a même réclamé la présence des vrais négociateurs, le FMI, pour pouvoir aboutir à une solution », ont-ils affirmé.

Ce qui laisse croire à cette information, ce sont les déclarations du porte-parole du gouvernement Iyed Dahmni, qui a affirmé ce mercredi, que c’est le FMI qui va assurer le montant de ces augmentations salariales.

« La Tunisie doit maîtriser sa masse salariale dans le secteur public afin d’éviter de graves problèmes d’endettement », a averti, en novembre dernier, un haut responsable du Fonds monétaire international  en réponse à la signature de l’accord sur les augmentations salariales dans le secteur public. « Il est très important que le gouvernement garde le contrôle des dépenses actuelles et de la masse salariale », a-t-il dit.

Le ministre-conseiller auprès du chef du gouvernement chargé du suivi des réformes majeures, Taoufik Rajhi, a appelé, à cet effet, à la nécessité de neutraliser les réformes majeures des tiraillements politiques « afin qu’elles soient efficaces ».

Lors d’une séance plénière dédiée à la balance économique de l’année prochaine, Rajhi a souligné que le Fonds monétaire international (FMI) n’a pas et ne va pas imposer de diktats, indiquant que la Tunisie leur avait imposé plusieurs points bien que l’institution financière n’était pas satisfaite, notamment au niveau de la masse salariale.

Commentaires:

Commentez...