Comment traduire Nike, Pull&Bear… ?! Souad Abderrahim répond !

Souad Abderrahim

Revenant sur la polémique provoquée par la décision de la mairie de Tunis d’imposer la langue arabe sur les enseignes commerciales, Souad Abderrahim, maire de Tunis, a expliqué cette décision estimant que des mesures seront prises pour éviter les pièges de la traduction.

Accordant une déclaration à Mosaïque FM, la maire a affirmé être consciente du fait que la traduction en arabe de quelques enseignes internationales peut provoquer certaines gênes.

En effet, la maire a affirmé qu’un comité étudiera cette question et trouvera les solutions adéquates pour appliquer la décision du conseil municipal sans, bien entendu, tomber dans le piège de la traduction. Abderrahim a également insisté sur le fait que cette décision concernera tous les commerces de la capitales, qu’ils soient locaux ou étrangers.

Elle a indiqué également que l’obligation de la langue arabe ne signifie, en aucun cas, l’annulation des autres langues, assurant qu’une enseigne peut comporter deux ou trois langues, et de rappeler que « Tunis restera toujours une ville touristique ».

Rappelons-le, le conseiller de la municipalité de Tunis, Ahmed Bouazzi a annoncé sur son compte Facebook que le conseil municipal avait approuvé son initiative, proposant un arrêté imposant aux commerçants l’utilisation de la langue arabe sur leurs enseignes.

Le conseiller estime dans ce sens qu’il n’est pas acceptable que la langue arabe ne soit pas présente sur les enseignes des commerces à Tunis, vitrine de tout le pays, d’autant plus que la langue arabe est partie prenante de l’identité de la Tunisie. Cet arrêté intervient conformément à l’article 39 de la constitution, qui prévoit l’enracinement de l’identité arabe.

Du coup, réagissant à cette annonce, les internautes n’ont pas manqué d’humour pour critiquer à leur manière cette décision. Une polémique qui a été déclenchée notamment en raison de certaines traductions en arabe qui peuvent provoquer des « sensibilités et des gênes ».

Certains se sont interrogés par exemple sur la traduction de la grande enseigne internationale NIKE, qui, traduite en dialecte tunisien, donne un terme à connotation sexuelle.

Commentaires:

Commentez...