Constructions sur des zones archéologiques à Carthage, le cri d’alerte de Zied El-Heni!

CP : Zied El-Heni

Le journaliste Zied El-Heni a ouvert, à nouveau, le mystérieux dossier des constructions sur les zones archéologiques de Carthage.

Le journaliste a cité en particulier une grande demeure en cours de construction sur la zone archéologique de Maalaga, située entre Carthage et la Marsa.

Selon ses dires, des décisions de démolition ont été émises contre le propriétaire de cette construction, mais n’ont pas été appliquées.  » A Carthage la loi ne s’applique que sur les personnes modestes, mais les personnes influentes sont hors la loi » a-t-il posté sur sa page Facebook.

Toutes les décisions de démolition qui ont été appliquées, concernent seulement le quartier populaire de Hay Mohamed Ali, mais les autres quartiers « huppés » n’ont pas été touché a-t-il expliqué.

 

Rappelons-le, Lors de la 42e session relative à la protection du patrimoine culturel et naturel mondial tenue au Bahreïn du 24 juin au 4 juillet 2018, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a adopté une décision (42 COM 7B.60) qui concerne la Tunisie, et plus précisément les sites archéologiques de Carthage.

En effet, la décision, qui doit impérativement être prise au sérieux, se penche sur la situation du site archéologique de Carthage et notamment sur celle du cirque antique de Carthage, qui est toujours sous la menace de nouvelles constructions illégales.

Dans ce sens, l’UNESCO appelle la Tunisie à adopter et mettre en œuvre le plan de protection et de mise en valeur du bien, et à « préparer un plan de présentation et un plan de gestion du tourisme qui empêcheront la prolifération informelle du commerce au sein du bien, notamment sur la « Place de l’UNESCO » et autour des bains d’Antonin ». Ainsi que de mettre en œuvre une stratégie archéologique et de conservation du bien et coordonner les structures de gestion et de préservation du bien, et les rôles des différentes parties prenantes concernées.

Un ultimatum

« Le comité du patrimoine mondial demande en outre à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations , les projets d’étude et de mise en valeur du cirque romain et de l’étude et des recherches archéologiques et de la stratégie de conservation du bien Les évaluations d’impact (HIE), avant que des décisions irréversibles ne soient prises, pour examen par les organisations consultatives » a-t-on averti.

Pour conclure, l’UNECO a fixé un ultimatum à l’Etat tunisien pour élaborer rapport actualisé sur l’état de conservation du bien. «Le comité du patrimoine mondial demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020 », a-t-on conclu.

 

Commentaires:

Commentez...