Agriculture : La sucrerie de Ben Béchir toujours dans l’incertitude

Cédée à des privés en 2013, la sucrerie Ben Béchir avait été créée à Bousalem dans les années quatre-vingt avec pour objectif de réduire les importations de sucre.

En effet, jusqu’à sa fermeture en 1998, l’usine de Ben Béchir répondait à un modèle économique basé sur la culture de betteraves dans les champs environnants.

La superficie exploitée avait atteint 4000 hectares plantés en betteraves à sucre. Toutefois, la sucrerie fermera pour manque de rentabilité.

Aujourd’hui, seulement 800 hectares sont exploités et les agriculteurs de la région montrent de plus en plus de réticences par rapport à cette culture.

Ils sont en effet un peu plus de 200 à travailler dans la culture de betteraves et se plaignent du coût de production ainsi que du manque de substance des promesses d’aide qui leur ont été faites.

Par ailleurs, le seuil de rentabilité de l’usine ne sera véritablement atteint qu’avec 2500 hectares plantés et manufacturés.

De fait, la sucrerie ne tourne qu’à 25% de sa capacité et reste dans le marasme quant à ses projections de rentabilité.

Une menace plane sur la continuité de cette usine passée du public au privé et il est temps de prendre le taureau par les cornes pour anticiper une crise prévisible.

Commentaires:

Commentez...