La visite d’un politicien britannique en Tunisie crée la polémique

Jeremy Corbyn, politicien et syndicaliste britannique, est confronté, depuis quelques jours, à une polémique de grande envergure suite à la publication d’une photo de lui, datant de 2014, lors d’une visite en Tunisie.

A première vue, la photo semble ordinaire : Corbyn, accompagné de plusieurs responsables tunisiens, tient une couronne de fleurs, dans le cimetière de Hammam-Lif.  Le dirigeant a déclaré qu’il rendait hommage aux Palestiniens tués l’attentat commis par Israël en 1985 dans la région de Hammam-Chatt, cependant, les médias britanniques ont mis la lumière sur le fait que ce même cimetière abrite « des tombes de personnes impliquées dans la prise d’otages des Jeux olympiques de Munich, en 1972 ».

Accusé d’antisémitisme, Jeremy Corbyn, a également été interrogé sur le financement de ce voyage et a été accusé, par un député conservateur, de l’avoir payé à partir du registre parlementaire, « aux dépens des intérêts des députés ».

En réponse, le parti de Jeremy Corbyn, Labour, a déclaré que le coût du voyage n’a pas été « aussi important » pour être déclaré, et que Corbyn avait été invité par le président de la Tunisie à l’époque.

S’exprimant mardi, M. Corbyn a assuré qu’il était présent pour rendre hommage aux 47 Palestiniens tués dans une attaque aérienne israélienne sur une base de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Hammam-Chatt, une attaque « condamnée par le monde entier », selon ses dires.

« La couronne que j’avais personnellement déposée était destinée aux victimes de l’attaque de 1985. Je ne m’excuse pas d’être là », a-t-il ajouté.

Corbyn a également répondu aux déclarations du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qui avait demandé une « condamnation sans équivoque » :

« Ce qui mérite une condamnation sans équivoque est l’assassinat de 160 manifestants palestiniens à Gaza par les forces israéliennes depuis mars, y compris des dizaines de mineurs », a fustigé le responsable britannique.

L’affaire se poursuit…

Commentaires: