Adel Bouhoula apporte d’autres précisions sur son limogeage du CNI

Limogé le 15 mai dernier par le ministre des Technologies de l’Information et de l’Economie numérique, Anouar Maârouf, Adel Bouhoula, désormais ex-directeur général du Centre nationale d’informatique (CNI), avait expliqué, deux jours après, pourquoi il avait été remercié.

Ce lundi 21 mai 2018, Adel Bouhoula publie un nouveau communiqué dans lequel il explique comment s’est faite la passation en son absence.

« Le 16 Mai j’ai reçu une lettre officielle du ministère des Technologies de l’Information et de l’Economie numérique, qui me demande de convoquer une réunion du conseil d’entreprise pour la passation avec le nouveau directeur général du CNI« , dit-il.

Le lendemain, Adel Bouhoula procède alors à l’envoi des lettres d’invitation à tous les membres du conseil pour la tenue d’une réunion au CNI selon les délais réglementaires.

Il indique par ailleurs avoir « eu un malaise tôt le matin du 18 mai et procéder à plusieurs examens cliniques ». « Aussitôt, j’ai envoyé un certificat médical au ministère pour justifier mon absence du CNI« , précise-t-il.

« Quelle fut alors ma surprise d’apprendre que le ministre de tutelle a convoqué lui-même le conseil d’entreprise chez lui au ministère pendant la matinée du 18 mai sans ma présence et a procédé de lui-même à la passation sans la présence d’aucun des responsables du CNI. Comme s’il considérait le CNI comme une direction annexe au ministère et non pas un établissement national bénéficiant de l’indépendance financière et administrative« , indique-t-il.

Adel Bouhoula ajoute avoir été conseillé de contester la légalité de cette passation auprès du tribunal administratif, mais juge que l’affaire est close.

Il conclu de cette manière : « Je préfère porter l’affaire à l’attention du public afin de faire bouger les lignes contre les abus de pouvoir dans notre pays. En espérant que les prochains responsables n’auront pas à subir ce genre de pressions et de traitement et en espérant que cette expérience servira à l’instauration d’une charte de conduite éthique et d’un contrat d’objectifs préétablis (et spécifique à chaque nomination) permettant d’assumer des postes de responsabilités dans les meilleures conditions« .

Commentaires:

Commentez...