Une association LGBT française veut interdire l’accès à l’espace Schengen à Adel Almi

ADHEOS, association d’Aide, de Défense Homosexuelle, pour l’Egalité des Orientations Sexuelles en France, a appelé le président de la République Emmanuel Macron à interdire l’accès à l’espace Schengen au prédicateur extrémiste Adel Almi.

L’association a rappelé, dans un communiqué publié mardi 13 mars, que cet « agitateur » avait appelé publiquement en décembre 2017 au meurtre du directeur de la radio LGBT tunisienne « Shams Rad » lors d’une émission diffusée sur la chaîne Nessma. Almi a également pris pour cible les femmes tunisiennes lors de la marche du 10 mars pour l’égalité dans l’héritage, ajoute l’association.

En vue « d’assurer pleinement la sécurité de tous ses citoyens, et, notamment, de sa population LGBT particulièrement exposée à ces menaces », ADHEOS a appelé l’Etat français à ce que Almi fasse l’objet « d’un signalement aux fins de non-admission au système d’information Schengen (article L 211-2 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile).

Cette personne doit également faire l’objet d’une interdiction administrative du territoire considérant que sa présence en France constituerait une menace grave pour l’ordre public, la sécurité intérieure ou les relations internationales de la France (article L 214-2 du code précité), note l’association.

« Vous comprendrez que les personnes LGBT sont très inquiètes de la radicalisation de représentants des religions, notamment en Tunisie, qui appellent publiquement au meurtre des LGBT. Elles estiment donc que la présence de personnes et de leurs complices appelant publiquement au meurtre d’homosexuels ne saurait être tolérée sur notre territoire par les autorités françaises », ajoute le communiqué.

Commentaires:

Commentez...