Au souvenir des délices casher du « Robinson »

CP : Hatem Bourial

Qui se souvient encore du « Robinson »? Ce restaurant qui se trouve toujours sur l’avenue de Madrid a aujourd’hui complètement changé d’identité.

Dans les années 1970, le « Robinson » était l’une des tables de référence de la tradition casher et sa situation entre les quartiers du Passage et de Lafayette en faisait la table de prédilection des nombreux juifs tunisiens qui vivaient ici.

On raconte encore les fastes de l’ouverture de ce restaurant en 1974. Une longue file d’attente s’était formée aux abords du « Robinson » et chacun voulait se faire une idée des plats proposés.

Tout était cacher et agréé par le grand rabbin de Tunisie et on trouvait les principaux plats de référence de la cuisine juive tunisienne.

Entre akod, pkaila et tfina, il y en avait pour tous les goûts et, pour attirer aussi la clientèle populaire, le restaurant avait lancé des briks et des fricassés qui avaient alors eu une grande vogue.

Au fil des ans, le restaurant a décliné mais gardera son cachet casher. Il finira par changer de mains au début des années 1980 et changera alors de cap.
Aujourd’hui, l’enseigne est quelconque mais les murs restent chargés de mille et une histoires et témoignent d’un vécu d’une bonne décennie.

En ce temps, les restaurants cacher étaient nombreux à Tunis et environs. Nous nous souvenons tous de la Brasserie suisse, de Tantonville, du Bosphore ou du Novelty. Nos lecteurs sauront-ils nous rafraîchir la mémoire et retrouver la trace de ces restaurants? Notons que le dernier d’entre eux, « Chez Mamy Lily », a fermé ses portes il n’y a pas si longtemps.

Commentaires:

Commentez...