Coulibaly Tunisien ! Et tous les autres qui attendent en vain ?

Le footballeur ivoirien Fousseny Coulibaly vient d’être naturalisé et possède désormais la nationalité tunisienne. Vivant depuis cinq ans en Tunisie, ce sportif vient ainsi de rejoindre les José Clayton et Dos Santos qui avaient été naturalisés en 2003 pour pouvoir rejoindre l’Equipe nationale de football.

Depuis, après leurs exploits sportifs, ces deux Brésiliens sont de retour dans leur pays natal et on ne sait rien de ce qu’il reste en eux de Tunisien.

Dans ces trois cas au moins, des procédures rapides ont permis à ces sportifs d’entrer dans la nationalité tunisienne sans que l’on sache vraiment la nature de leur lien affectif avec notre pays.

Cette manière de faire de la part des autorités compétentes pose beaucoup de questions. En effet, ils sont par ailleurs nombreux celles et ceux qui attendent depuis de longues années leur nationalité tunisienne.

Comment ne pas considérer comme prioritaires les épouses et époux étrangers de Tunisiens ? Certains vivent depuis des décennies avec une carte de séjour alors qu’ils et elles sont parents d’enfants tunisiens.

Je plaide pour eux et plaide aussi pour que la nationalité tunisienne soit prioritairement accordée et rendue à nos compatriotes juifs qui l’ont perdue à cause des anciennes lois françaises sur la double nationalité.

Je plaide aussi pour que les résidents en Tunisie depuis de longues, très longues, années puissent obtenir leur nationalité tunisienne quand ils en font la demande. Ce serait la plus élémentaire des reconnaissances au droit du sol. Qu’ils viennent d’Afrique, d’Europe ou d’Asie, ces résidents méritent la nationalité tunisienne.

Je plaide aussi pour que cette nationalité qui est la nôtre soit accordée aux réfugiés syriens ou subsahariens qui ont échoué dans notre pays après le déclenchement des printemps arabes.

Pourquoi seuls les footballeurs sont-ils intégrés dans la nationalité tunisienne ? C’est une bien étrange anomalie qui plus est, marqué du sceau d’un tout aussi étrange opportunisme.

Au nom de l’hospitalité, des parcours de vie et de la reconnaissance, la nationalité tunisienne devrait être accordée à beaucoup de gens qui attendent en vain.

Loin de nous d’ailleurs l’intention d’intenter un quelconque procès à Coulibaly. Qu’il soit le bienvenu dans la nationalité tunisienne ! Mais quid de tous les autres ? Et quid de l’éthique de l’hospitalité ?

Commentaires:

Commentez...