La violente diatribe de Zouhair Makhlouf contre Sihem Ben Sedrine et l’IVD

Le vice-président de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), Zouhair Makhlouf a annoncé, ce lundi 18 décembre 2017 et non pour la première fois, sa démission « définitive » et « irrévocable » de l’instance.

Cette fois, Zouhair Makhlouf semble complètement désespéré de ladite instance et des performances de sa présidente Sihem Ben Sedrine, imperturbable face aux accusations de corruption, de mauvaise gestion des fonds du contribuable, d’échec avéré comme vient de le réaffirmer le président Béji Caid Essebsi.

Makhlouf avait déjà été limogé en août 2015, révoqué en décembre 2015, puis réhabilité par décision du tribunal administratif en avril 2016. Une réhabilitation refusée par la présidente de l’instance qui l’avait physiquement empêché d’accéder à l’IVD.

Cette fois à 5 mois de la fin du mandat de l’IVD, Makhlouf quitte l’instance et pointe l’échec de sa mission et celle de sa présidente Sihem Ben Sedrine qui s’est montrée irresponsable, selon lui lors de ses dernières déclaration aux médias.

« L’IVD a manqué à ses devoirs et a échoué dans sa mission d’assurer le processus de la justice transitionnelle ». Il a ajouté : « Ben Sedrine a empêché les membres du conseil de l’instance de faire leur travail. Elle a privilégie un esprit de vengeance et de règlement de comptes personnels sur celui de la justice ».

Dans une lettre publiée sur les réseaux sociaux il expose ses griefs, et les quatre raisons de sa décision :

  • Une idée déformée de la justice transitionnelle, sélective, destructrices bâtie sur les représailles et la vengeance.
  • Un mépris total pour les victimes de la part de Sihem Ben Sedrine.
  • Les mensonges et la manipulation de l’opinion publique faite par Sihem Ben Sedrine.
  • Une fin de mandat avec un échec total dans sa mission.

ADD

Commentaires:

Commentez...