Pour l’Union Européenne, la Tunisie est devenue un paradis fiscal

Illustration

Les ministres européens des finances ont validé, ce mardi 5 décembre, une liste des paradis fiscaux contenant 17 noms d’Etat ou de juridictions dont notamment la Tunisie.

Le Monde rapporte que la Tunisie a envoyé de nouveaux engagements de dernière minute, dans la nuit de lundi à mardi, mais les ministres ont refusé de les prendre en considération, estimant que le travail d’expertise ne pourrait être fait à temps.

« La Tunisie sera éventuellement sortie de la liste dans les semaines qui viennent si leurs engagements sont jugés sérieux. » indique la même source.

D’autre part, une source gouvernementale a indiqué à Mosaïque FM, que le gouvernent a refusé dans une correspondance destinée à l’Union européenne de suspendre les avantages fiscaux dont bénéficient le secteur de l’exportation. Ainsi, le gouvernement insiste sur l’accord d’avantages fiscaux aux entreprises totalement exportatrices. « Le but est de garder le tissu industriel, les postes d’emploi. Le gouvernement défend la souveraineté du pays et ne cédera pas au chantage car la Tunisie n’a été jamais un paradis fiscal. » a-t-on expliqué.

Notons que la liste comporte : les Samoa, les Samoa américaines, l’île de Guam, Bahreïn, Grenade, la Corée du Sud, Macau, les Iles Marshall, la Mongolie, la Namibie, les Palaos, Sainte-Lucie, Trinité-et-Tobago, la Tunisie, les Emirats arabes unis, le Panama et la Barbade.

 

Commentaires:

Commentez...