Lotfi Zitoun et les libertés individuelles : Bonne foi ou duplicité ?

Tribune | Mohamed Sadok Lejri

Lotfi Zitoun, l’homme de confiance de Rached Ghannouchi, est passé tout à l’heure sur les ondes de RTCI. Il faut dire que ses prises de position en faveur des libertés individuelles ont provoqué la stupéfaction de tous les Tunisiens.

Les gens doivent comprendre que Lotfi Zitoun n’a jamais été un fanatique religieux, il ne manipule pas les gens par la foi et la religion et ses actions ne sont pas d’inspiration zélote.

En revanche, c’était un dur qui avait peur que les ennemis d’Ennahdha sapent les bases de l’hégémonie naissante de son parti. Il exprimait cela d’une manière musclée et en des termes virulents. D’ailleurs, le sit-in qui a été organisé devant le bâtiment de la télévision nationale et qu’il avait soutenu énergiquement en est une parfaite illustration.

Lotfi Zitoun, depuis quelque temps, et à travers des articles de presse qu’il publie en langue française, prend fait et cause pour la liberté et n’y va pas avec le dos de la cuillère : défense des non-jeûneurs, appel à abroger la loi 52 qui punit d’emprisonnement les consommateurs de cannabis, défense des homosexuels et de leur droit à l’intégrité physique…

A vrai dire, je ne sais pas s’il est sincère dans ses propos ? Est-ce Ennahdha qui fait le dos rond en attendant des jours meilleurs et tout en essayant de transformer profondément son image ? Cherche-t-elle, en confiant cette tâche à Lotfi Zitoun, à exécuter un dessein machiavélique et à gagner la sympathie de la bourgeoisie occidentalisée et francophone ?

Essaye-t-elle de dissiper la méfiance et l’animosité qu’une certaine élite européanisée éprouve à son encontre ? Ennahdha procède-t-elle à un partage des rôles pour ratisser large parmi l’électorat moderniste et redorer son blason à l’échelle internationale ?

En revanche, ce dont je suis sûr, c’est que Lotfi Zitoun discrédite toutes les composantes du camp pseudo-moderniste et pseudo-laïc en tenant de tels propos car nos progressistes adoptent invariablement une attitude timorée et pitoyable face aux questions relatives aux mœurs et à la religion.

Lotfi Zitoun, du fait de ses sorties inattendues et en faisant l’apologie des libertés individuelles, renvoie les pseudo-intellectuels castrés et les pseudos forces modernistes à leur propre lâcheté.

Nos pseudo-intellos n’ont eu de cesse de répéter qu’une révolution doit s’opérer dans les têtes pour sortir de la mouise dans laquelle on patauge depuis fort longtemps. Une révolution dans les mentalités, certes, mais manifestement pas dans celles de ceux que l’on pense.

Commentaires:

Commentez...