L’UGTT a le droit de donner son avis sur tout ce qui concerne la Tunisie, selon Sami Tahri

Le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Sami Tahri, est revenu ce mercredi 5 juillet 2017 sur la polémique autour du spectacle de l’humoriste franco-tunisien Michel boujenah.

Dans une déclaration accordée à Mosaique fm, Tahri a critiqué les propos selon lesquelles la centrale syndicale ne devrait pas intervenir dans ce genre d’affaires, rappelant qu’il existe des syndicats dans le secteur de la culture.

Selon lui, l’UGTT a le droit de donner ses avis sur tout ce qui concerne la Tunisie et les tunisiens. « La centrale syndicale représente plus de 750  mille adhérents et elle a une responsabilité historique. Personne n’a le droit de lui dicter ses interventions ».

Tahri a ajouté que si le spectacle de Michel Boujenah programmé au Festival de Carthage ne sera pas annulé, la centrale syndicale prendra les décisions adéquates.

Rappelons que le bureau exécutif de l’UGTT a appelé mardi 4 juillet 2017 dans un communiqué à annuler le spectacle de Michel Boujenah programmé à la 53ème édition du festival international de Carthage.

« Cet appel n’est pas basé sur sa religion, mais sur ses positions qui soutiennent le sionisme et l’assassin Ariel Sharon. Cet artiste a même organisé des manifestations pour soutenir les politiques de l’entité sioniste » a-t-on communiqué.

A noter que le militant tunisien de la communauté juive de Djerba Elie Trabelsi, a indiqué avoir eu un entretien avec Boujenah, qui lui a assuré que « son amour pour la Tunisie est beaucoup plus grand que les campagnes de diffamation qui le visent ».

« Michel Boujenah sera au festival de Carthage, le 19 juillet, pour assurer son spectacle », a ajouté Elie Trabelsi.

I.B.

Lire aussi : 

Commentaires:

Commentez...