Dahmani : « Les prochains jours suffiront à démontrer la portée de la campagne anticorruption »


« La campagne anti-corruption lancée depuis le 23 mai dernier par le gouvernement n’est pas une campagne passagère. Le gouvernement va aller de l’avant sur cette lancée », a affirmé mercredi 7 juin 2017 le porte-parole du gouvernement, Iyed Dhamani.

« Le recours à des procédures exceptionnelles est dictée par la situation exceptionnelle que traverse le pays », a-t-il souligné lors d’une conférence de presse organisée au palais du gouvernement à la Kasbah, en présence du ministre de l’Intérieur Hedi Majdoub et du secrétaire d’Etat chargé des domaines de l’Etat et des affaires foncières, Mabrouk Korchid, indique l’agence TAP.

Selon Dahmani, « la campagne anticorruption menée par le gouvernement n’est pas sélectif. Elle cible toute personne qui s’est avisée à violer la loi ou à porter atteinte à l’économie ou à la sécurité nationales ».

« Les personnes assignées à résidence ont des complices et la justice doit suivre son cours », a-t-il indiqué.

« Le gouvernement va user de tous les moyens légaux dans sa guerre contre la corruption », a-t-il promis, faisant remarquer que cette guerre demande beaucoup de temps, car le phénomène de la corruption est très complexe et est lié à d’autres crimes et délits tels que la contrebande, l’évasion fiscale et les crimes de change.

Dahmani a mis l’accent sur l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour démanteler tous les réseaux qui ont porté atteinte à l’économie nationale. « Les prochains jours suffiront à démontrer la portée de cette campagne », a-t-il conclu.

Lire aussi :

 

Commentaires:

Commentez...