« Al badil » lancé : Jomaâ candidat potentiel à la présidence ?

Crédit photo : Mehdi Jomaa

Dans le parterre d’invités à la conférence de presse qu’a donné, aujourd’hui à Tunis, Mehdi Jomaâ pour annoncer la création de son parti « Tunisie Alternatives » (Al Badil Ettounsi), il y avait un certain nombre de figures politiques ayant appartenu à de précédents gouvernements.

Entre autres, l’ex-ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, l’ex-secétaire d’Etat sous la Troïka, Hédi Abbès, l’ex-gouverneur de la Banque Centrale, Mustapha Kamel Nabli. Il y avait, à côté du fondateur, Mehdi Jomaâ, les quinze co-fondateurs, en l’occurrence : Nidhal Ouerfelli, Hedi Belarbi, Neila Ben Chaâbane, Taoufik Jelassi, Mohamed Loay Chebbi, Aziz Majoul, Mohamed Ali Toumi, Emna Kallal, Ridha Abdelhafidh, Mohamed Nahali, Emna Krichène, Kamel Bennaceur, Mounir Tlili, Sana Fathallah Ghenima, Lotfi Saïbi.

Au cours de la conférence de presse, l’ancien chef du gouvernement, a présenté son parti politique, déclarant que la demande de visa légal a été déposée ce matin même. Mehdi Jomâa a également indiqué que son parti sera présent lors des prochaines échéances électorales et notamment, l’élection présidentielle. Jomaâ, futur candidat à la magistrature suprême ? wait and see.

« Al badil », nouveau parti électoral, à l’instar de Nidaa Tounès ? Impossible de se prononcer. L’annonce de sa création à deux années environ des prochaines échéances électorales vise-t-elle à lui éviter tout essoufflement et lassitude avant l’échéance cruciale des élections ? En tout cazs, Mehdi Jomaâ semble avoir retenu les bonnes leçons de l’expérience d’Essebsi.

IBH

Commentaires:

Commentez...