Les gorges de Selja : Berceau des phosphates et faille légendaire du coup de sabre

Crédit photo : Maximus83

C’est en 1886 que Philippe Thomas, un géologue français, a découvert les gisements de phosphates dans la région de Metlaoui, précisément dans les gorges de l’oued Selja.

L’exploitation du gisement commencera dix années plus tard et sera renforcée en 1904 et 1905 par l’ouverture des centres d’exploitation de Redeyef et Om Larayes.

Entre temps, l’année 1899 a vu la mise en service de la ligne de chemin de fer reliant Gafsa à Sfax.

C’est à cette époque que commence l’aventure des phosphates dans le sud-ouest de la Tunisie. La production ne cessera de progresser et l’Etat tunisien deviendra en 1959 le principal exploitant avec la création de la Compagnie des Phosphates de Gafsa.

Dans les environs de Metlaoui, il est possible de visiter les gorges de Selja, une faille plutôt étroite et qu’on dirait coupée au cordeau. De fait, cette brèche dans la montagne est nommée le coup de sabre et a des origines légendaires.

On raconte qu’une princesse d’une grande beauté avait tenté de fuir le harem où elle vivait. S’évadant avec un preux guerrier, celui-ci aurait alors taillé leur lit nuptial de son sabre. Cette légende des amours de Leila et Mansour demeure vivace dans la région.

Passée la brèche initiale, le défilé s’élargit, donne accès à un cirque, se rétrécit de nouveau avec des falaises à pic puis mène jusqu’aux vestiges d’anciens barrages édifiés par les Romains qui géraient une colonie agricole à la sortie des gorges de Selja.

C’est ici que Philippe Thomas découvrait les premiers affleurements phosphatés et c’est ici que désormais le Lézard rouge circule au cœur des gorges impressionnantes.

Commentaires:

Commentez...