La Tunisie des rotondes

Tribune | Par Olivier-Jamil Clément – Historien. Créateur et administrateur du groupe Facebook « Mémoire d’une chéchia – Tunisie »

Qui n’a jamais rêvé de passer des vacances les pieds dans l’eau ? Des constructions spéciales pour le tourisme estival ont existé en Tunisie autrefois. On les appelle les rotondes.
Les rotondes sont des établissements de bains en charpente, bâtis sur pilotis au bord de la mer, de forme parfaitement rectangulaire !

Il y en avait autrefois en Tunisie sur les plages de Hammam-Lif, La Goulette, Maxula-Radès et La Marsa. Elles étaient publiques ou privées. Il ne faut pas les confondre avec les bâtiments de plus petite taille appelés cabanons.

Les rotondes originelles ont presque toutes disparues, brûlées par des incendies ou victimes des outrages du temps. Certaines ont été reconstruites en dur ou remplacées par des baraques sur la terre ferme.

Je vous propose un Tour des rotondes de la Tunisie d’autrefois.

– Hammam-Lif

Hammam-Lif était une station autrefois une station thermale et balnéaire très réputée de la région de Tunis, avec un casino, de nombreuses villas et des possibilités d’excursions sur le mont Boukornine. Pas étonnant dans ces conditions qu’il y avait autrefois sur la plage de Hammam-Lif une rotonde, un lieu de convivialité pour la haute société et un accessoire de plage indispensable.

Plage d’Hammam-Lif. La Rotonde des Amis. Carte postale ancienne. Années 1900. Neurdein éditeur, n°673. Bismuth photographe.
– La Goulette

Il y avait de nombreuses constructions à La Goulette et dans les environs dédiées au tourisme estival. Elles apportaient à la ville de l’animation car dans chaque rotonde les bains avaient pour complément un café chantant fréquenté à la Belle Epoque par des familles juives en villégiature.

Sur la plage de La Goulette on aperçoit le front des villas, dont certaines sont en construction, donnant sur la mer et une rotonde qui leur fait vis-à-vis, qui abrite un casino. Cette photographie ancienne anonyme date de la fin des années 1890.

Cette photographie de la Grande Rotonde de La Goulette a été prise au même endroit que la précédente par un soldat français nommé J. Bougrier, qui était en garnison en Tunisie vers 1900 ou 1901. Il a documenté systématiquement pour son album de famille toutes les curiosités du pays. Il est venu à Tunis avec le train de Bizerte a pris de nombreuses photographies instantanées.

On remarque avec cette photo souvenir que le ponton menant au Casino a été modernisé. Il y a désormais une barrière de sécurité. On a construit un système d’éclairage public électrique avec des lampes à gaz. On devine à gauche une cheminée, des escaliers en bois pour les baigneurs et deux cheminées probablement pour la cuisine.

Voici une carte postale ancienne de la plage de La Goulette. Elle a été éditée par Y. Sarfati, à La Goulette. La photo est signée A. R. et date des années 1900. Elle montre la grande animation estivale qui régnait sur cette plage. On y voit des tunisiens et des colons de tout âge faisant la queue pour aller à la « Grande Rotonde ». L’un d’entre eux porte un casque colonial, d’autres des canotiers.

Cette carte postale semi moderne montre la plage de La Goulette. Elle a été éditée par la société Cap au début des années 1950. On y voit encore ce qui reste des rotondes de La Goulette.

Les rotondes semblent avoir fait des émules puisque certaines familles en villégiatures ont construit des petites maisons en bois appelées cabanons, au bord de la mer, sur la plage de La Goulette, comme le montre cette carte postale ancienne colorisée ayant circulé en 1906. Nous sommes à la Belle Epoque, et ce qui est intéressant c’est que ces constructions ne sont pas destinées à couvrir les besoins du tourisme de masse naissant en Tunisie, mais ceux d’une population locale aisée en mal de changement résidentiel estival.

Le modèle de vie européen bourgeois a été copié par certains tunisiens. On ne parle pas encore de tourisme mais de villégiature. Les temps ont changé car à partir de 1908 avec le développement des grandes lignes maritimes la Tunisie a connu les premiers développements du tourisme de masse.

– La Marsa (région de Sidi Bou Saïd)

Dans la région de Sidi Bou Saïd, il existe des « rotondes du bey », avec des fondations en mer sur gros piliers en maçonnerie. Elles ont été construites par le célèbre architecte François-Xavier Benoît, employé à la Direction des Travaux publics de Tunisie à partie de 1893. Né le 13 août 1854 à Maurat dans le Cantal, cet homme est décédé en 1911 à Tunis. Cette rotonde, construite au milieu des années 1890 sur la corniche, est très particulière. Elle faisait partie du palais de La Marsa. C’était un pavillon réservé pour le bain des femmes du bey.

La Marsa. Palais du Bey. Photographie ancienne. Années 1890.
La Marsa. Corniche. Photographie ancienne. Années 1890.
La Marsa. La coupole. « Kobet-el-Haoua », ancien pavillon du bey de Tunis. Photographie.
La Marsa. Palais du bey. Carte postale semi moderne. Cap. Années 1950.
La Marsa aujourd’hui (2015). La rotonde existe toujours, plus de cent ans après sa construction. Elle a servi de café-restaurant et est devenue l’un des symboles de la ville de La Marsa.
La Marsa. Cabanons. Carte postale ancienne. Lucien Lévy n°2. Années 1900.

Cette photo montre que des cabanons sur pilotis ont également existé autrefois à La Marsa. Aujourd’hui ils ont tous disparu.

– Maxula-Radès

Une carte postale ancienne de Maxula-Radès en montre la rotonde, située sur l’Avenue de la plage. Editée par A. Bon, cette photographie animée a été prise par Albert au début des années 1900. Elle fait partie de la Collection Etoile. La rotonde de Maxula-Radès a été construite en 1891. Elle a été détruite dans les années 1900 par un incendie et remplacée par une baraque en terre ferme.

Nous avons fait le tour des rotondes de Tunisie, un patrimoine aujourd’hui presqu’entièrement disparu et oublié. Signes de la colonisation, ces aménagements et accessoires de plages modernes ont apporté un peu de gaieté, d’animation et de convivialité en été aux principales stations balnéaires de Tunisie à une époque où les vacances ou le tourisme de masse n’existaient pas.

On parlait seulement de villégiature estivale de certaines couches plutôt aisées de la population. L’administration coloniale a encouragé leur construction. La plupart des colons s’est montrée enthousiaste au sujet de ces premières constructions de loisirs éphémères. Nous sommes au début de nos recherches sur les rotondes. Il reste encore beaucoup de choses à découvrir sur les rotondes en particulier et le patrimoine tunisien en général.

La Goulette. Plage. Nouveau boulevard de la plage. Carte postale semi-moderne. CAP

Des rotondes de La Goulette il ne reste dans les années 1950 que les traces…

Commentaires:

Commentez...