L’Etat ne pouvait mieux espérer : La privatisation de Tunisair sur un plateau !

C’est la première fois qu’une telle chose arrive et l’indignation des Tunisiens est à son comble. Ils savaient pertinemment qu’en accumulant les dysfonctionnements, la gabegie, les dépassements financiers de toutes sortes, ainsi que le déficit dû au personnel pléthorique, la compagnie Tunisair ne s’est pas contentée de toucher le fond, elle creuse, profondément.

Les partisans de la privatisation tant convoitée de Tunisair (entendez l’Etat et les gros bonnets intéressés par la reprise de cette compagnie), doivent être aux anges après la bataille rangée que se sont livrés les pilotes et les mécanos. A croire que c’est une affaire montée de toutes pièces pour précipiter le passage du transporteur aérien national au secteur privé. Un argument en béton livré sur un plateau.

A l’heure qu’il est, la rage qui règne à Tunis-Carthage et dans les aéroports internationaux où des vols de Tunisair sont paralysés, est indescriptible et quand on sait toute l’irresponsabilité qui caractérise une telle violence à l’orée d’une saison touristique annoncée comme prometteuse on ne peut que penser qu’au « complot ».

En attendant plus aucun Tunisien ne défendra le maintien de Tunisair dans le secteur public, la poule aux œufs d’or (quand elle est bien gérée) a tout intérêt à être adjugée à un homme d’affaire de gros calibre qui la préservera d’un descente dans l’enfer du ridicule, mais qui se sucrera comme pas possible sur le dos du contribuable.

IBH

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...