Tunisie : Dans les marchés hebdomadaires, on vend aussi des fillettes…

Travail des mineurs - Photo d'illustration
Travail des mineurs – Photo d’illustration

Lors d’une séance plénière tenue ce mercredi 1er mars 2017, sous le dôme de l’ARP, la ministre de la femme Naziha Laabidi a épinglé la vente des jeunes filles qui se fait dans des marchés hebdomadaires par le biais d’intermédiaires.

« On peut appeler ça un trafic d’enfants, qu’on oblige à quitter les bancs de l’école pour aller travailler comme aide-ménagères, alors que la loi est claire : Le travail des enfants âgés de moins de 16 ans est interdit », a-t-elle expliqué.

La ministre a fait savoir que son département travaille sérieusement sur cette affaire, et prépare des projets de lois qui seront transférés aux députés pour mettre fin à ce phénomène.

La déscolarisation, un phénomène sérieux en Tunisie

Selon le secrétaire général du Syndicat de l’Enseignement secondaire, Lasaad Yaakoubi, 120 mille élèves quittent les bancs de l’école chaque année.

Yaakoubi a indiqué en décembre dernier que ce phénomène présente un danger imminent pour les enfants, notamment le commerce parallèle, les réseaux de crime, la drogue ou encore le terrorisme.

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...