Une jeune médecin meurt en service à Bouhajla

Dr Leïla Mhamdi
Dr Leïla Mhamdi | Crédit photo : Kapitalis

Dans ce contexte polémique se rapportant aux médecins et dans cette hystérie collective qui semble frapper certaines parties à leur encontre, voilà qu’un drame touchant l’un d’eux vient de se produire aujourd’hui à l’hôpital de Bouhajla dans le gouvernorat de Kairouan.

En effet, Mme Leila Mhamdi, jeune médecin à cet hôpital, vient de rendre l’âme alors qu’elle était en service. Leila Mhamdi, jeune maman (elle était âgée de 37 ans) de deux petites jeunes filles âgées respectivement de 5 et de 7 ans, et de plus enceinte, a dû succomber alors qu’elle était en plein travail, et cela malgré les efforts de ses collègues de la réanimer.

Ce que l’opinion publique doit savoir, c’est que la défunte avait déjà eu un malaise à l’issue duquel on lui avait conseillé et même prescrit d’observer du repos d’autant plus qu’elle portait en elle celui qui devait être son troisième enfant.

Mais, sa volonté de prendre en charge les citoyens malades, ses patients, son honnêteté et son engagement ont pris le dessus, au détriment de sa propre santé, et malheureusement de sa vie. Cette fin dramatique d’une jeune mère de famille, décédée en plein service, pose de nouveau une problématique de fond concernant la politique publique de santé de l’Etat tunisien.

Aujourd’hui et après tous ces événements, l’on peut dire que le service public de la santé est en très grand danger, voire qu’il est en train de mourir à petit feu sous le regard quasi-indifférent des principaux concernés à commencer par l’Etat, mais aussi par tous ceux qui veulent le maintenir en l’état, qui ont vu s’installer la corruption, les malversations et les débordements sans bouger le petit doigt, et même font tout pour bloquer toute tentative de réforme du domaine.

Aujourd’hui, cette question fait désormais l’objet d’un débat public. Seulement ce débat ne doit pas demeurer sans résultat et sans solution pour le futur. Le gouvernement d’union nationale, mais qui ne l’est pas vraiment, a démontré depuis son investiture sa totale impuissance face aux défis et aux exigences d’une population qui devient de plus en plus agressive voire violente, se nourrissant de discours belliqueux et populiste qui va le transformer en pyromane brûlant ce beau pays des flammes de l’intolérance.

LL

Lire aussi :

Commentaires: