Après les oranges jetées, voici les poivrons de la discorde

High Angle View Of Multi Colored Bell Peppers For Sale In SupermarketDécidément, nos débats deviennent de plus en plus surréalistes ! Alors que les crises en tous genres frappent à nos portes, nous ne trouvons rien de mieux que de débattre poivrons et tomates.

A la radio, à la télévision, dans les réseaux sociaux, c’est poivrons-tomates, en veux-tu, en voilà!
Des ministres sont interpellés, leurs propos décortiqués et leurs silences analysés. Des experts sont convoqués et leurs paroles attentivement disséquées. Et pendant ce temps, les prix continuent de s’envoler.

La presse y met aussi du sien en reprenant les propos de Abdelmajid Zar pour lequel « ne pas manger de salade tunisienne n’est pas la fin du monde » et Zied Laadhari qui un jour parle tomates et un autre libre échange.

C’est que l’affaire prend des proportions diplomatiques avec un recours en urgence à la Libye, une proposition égyptienne de pont aérien pour nous livrer des légumes et la Turquie qui fronce les sourcils pour continuer à exporter ses produits agro-alimentaires en Tunisie.

Vraiment, après les tomates et les oranges, c’est maintenant les poivrons ! Et le spectacle continue !

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...