Kerkennah : Sit-in pour faire annuler des poursuites contre 14 jeunes

KerkennahLe feuilleton de Petrofac continue de faire couler beaucoup d’encre à Kerkennah où les citoyens en ont ras le bol de l’absence de l’autorité de l’Etat. Dans cette île, ce sont désormais les bandits qui imposent leur diktat au nom de la voyoucratie.

Ce vendredi 2 septembre, vers les coups de 18h00, un regroupement de plus de 80 jeunes et moins jeunes a eu lieu face au siège de l’arrondissement de police où un nouveau chef désigné il y a quatre jours, est en poste.

Selon les témoignages de nombreux protestataires, il s’avère que le nouveau chef de la police a envoyé un mandat d’amener a certains jeunes soupçonnés d’avoir participé aux événements malheureux d’avril dernier sur l’île et suite auxquels le ministère de l’Intérieur a évacué tous les postes de police la laissant sans forces sécuritaires.

Depuis ce 14 avril, ce sont les bandes organisées qui dominent : alcool en contrebande, drogue en plein jour, règlements de comptes, etc… Il y a une dizaine de jours, au Grand Hôtel, un citoyen célébrait son mariage quand, au milieu de la cérémonie, des intrus ont forcé la sécurité de l’hôtel et ont gâché le mariage.

Lors de cet incident, un agent de sécurité, attaqué par des jeunes armés de haches, a pu désarmer un des assaillants et s’est emparé de sa hache afin de se défendre. Résultat, il est actuellement aux arrêts.

Ces 80 jeunes en sit-in ont exigé le départ de la police et menacent même, si leurs doléances ne sont pas satisfaites de perturber les traversées des louds entre l’île et le continent. Ils attendent à ce que les 14 jeunes visés par un mandat d’amener soient blanchis et que les poursuites judiciaires entamées par le ministère de l’Intérieur et la société Petrofac soient abandonnées.

Commentaires: