Une messe à la mémoire du père Marek Rybinski, sauvagement assassiné il y a cinq ans…

Marek Rybinski

C’était le 18 février 2011 à la Manouba… Ce jour là, le corps du prêtre salésien de nationalité polonaise Marek Rybinski était retrouvé dans une mare de sang et une mise en scène macabre.

La stupeur de deux pays en état de choc : la Tunisie et la Pologne

Il avait été sauvagement assassiné la veille par un employé de l’école où il enseignait. Pour des motifs crapuleux et une poignée de dinars volés, ce travailleur s’est transformé en monstre criminel, pensant maquiller son crime et le mettre sur le dos de la révolution tunisienne et des journées troubles que nous vivions alors.

Un meurtre crapuleux maquillé en acte terroriste

La stupeur s’était, en ce 18 février de sinistre mémoire, emparée de toute la Tunisie et aussi de sa Pologne natale qui se sont réveillés devant un crime abominable, adoptant avant l’heure du Chaambi le modus operandi des terroristes du jihadisme sanguinaire.

Malgré la barbarie d’un crime, le pardon…

Le maquillage de la scène du crime ne résista pas à l’enquête policière et aux faits tout crus. Le meurtrier fut démasqué et arrêté. Son procès eut lieu et la condamnation fut exemplaire.

Entretemps, la famille avait pardonné, l’Eglise avait pardonné, la Pologne avait pardonné…

Marek est mort un 17 février et son souvenir – lumineux – demeure, comme un sillage de grâce. La vie de ce prêtre salésien, jeune et pleinement engagé dans sa mission et sa vocation, a été brutalement interrompue par un crime abject.

Un tournoi sportif et une messe

Il laisse derrière lui une œuvre multiple, des photos, un livre compilant ses carnets tunisiens et des rêves aussi, ancrés dans son amour de la Tunisie qui l’a adopté et ne l’oubliera pas.

Dimanche 14 février, un tournoi sportif aura lieu à l’école de la Manouba où il a enseigné. Ensuite, mercredi 17 février, en la cathédrale de Tunis, aura lieu une messe solennelle à la mémoire du père Rybinski, martyr d’une révolution qui l’avait enthousiasmé et témoin d’un pays qui l’avait profondément marqué…

Puisse-t-il reposer dans la paix des Justes… Nous ne l’oublions pas…

H.B.

Commentaires:

Commentez...