Virus Zika en Tunisie : Tout ce que vous devez savoir !

zika Tunisie

Suite à la propagation exceptionnelle du virus Zika en l’Amérique Latine et à la parution d’un premier cas d’infection en Europe, l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), relevant du ministère de la Santé, annonce la mise en place d’un plan de riposte et de prévention du risque d’introduction du virus Zika en Tunisie.

Qu’est-ce que le virus Zika

Le Virus Zika est un Flavivirus émergent transmis par des moustiques appartenant à la famille des Culicidae et au genre Aedes dont principalement Aedes aegypti et Aedes albopictus , identifié pour la première fois chez l’homme en 1952 en Ouganda et en République-Unie de Tanzanie.

Des flambées de maladie à virus Zika ont été observées en Afrique, en Amérique du sud, en Asie et dans le Pacifique ou les vecteurs sont largement répandus. L’infection est généralement bénigne et spontanément résolutive.

En Tunisie, selon les données de la surveillance entomologique régulière, l’Aedes albopictus n’a jamais été identifié, l’Aedes egypti n’a plus été identifié depuis les années 1950.

Transmission du virus Zika à l’être humain

La transmission s’effectue par la piqure d’un moustique infecté du genre Aedes qui peut transmettre le virus d’une personne malade à d’autres personnes saines. La phase virémique chez l’homme, peu documentée, débuterait avant l’apparition des signes cliniques et durerait deux à cinq jours.

Pendant cette période, la personne infectée par le virus Zika est « contaminante » pour les moustiques qui la piqueraient. Le virus se réplique ensuite dans le moustique qui devient contaminant quelques jours plus tard.

Il pourra, à l’occasion d’une autre piqûre, transmettre le virus à de nouvelles personnes. Les personnes atteintes du Zika ne sont pas contagieuses, le virus Zika ne se transmet ni par contact direct ni par voie aérienne.

Traitement

Il n’existe pas à ce jour de traitement spécifique contre le virus Zika. Le traitement est avant tout symptomatique et repose notamment sur la prise d’antalgiques (comme le paracétamol), et le repos.

Les anti-inflammatoires sont contre-indiqués et l’Acide acétylsalicylique est à éviter vu le risque hémorragique, sachant la coexistence de la dengue dans les zones où circule le virus Zika.

es pays et territoires ayant signalé des cas confirmés autochtones d'infection par le virus Zika les deux derniers mois à la date du 28 janvier 2016.
Les pays et territoires ayant signalé des cas confirmés autochtones d’infection par le virus Zika les deux derniers mois à la date du 28 janvier 2016
Les mesures de prévention en Tunisie

Les moustiques du genre Aedes (Aedes albopictus et Aedes egypti) ne sont pas présents, et ce, sur tout le territoire tunisien. Même si des patients virémiques arrivent des zones infestées, le risque de transmission est quasi nul en Tunisie.

Pour faire face à tout risque d’introduction du virus Zika en Tunisie l’OMNME propose de :

  • Renforcer la surveillance sanitaire pour repérer tout cas suspect
  • Appliquer les recommandations standards de l’OMS de désinsectisation des aéronefs et les aéroports
  • Renforcer la surveillance des gites larvaires et élaborer une cartographie actualisée des vecteurs en Tunisie
  • Renforcer les mesures de lutte anti-vectorielle communautaires
  • Renforcer les mesures de lutte dans les transports aériens (information des passagers, désinsectisation),
  • Développer les capacités de diagnostic des laboratoires en dotant le pays d’un laboratoire P3
  • Informer les professionnels de santé et le grand public en particulier les femmes enceintes avec rappel des mesures de prévention et de protection individuelle et collective par l’organisation de séminaires nationaux et régionaux de formation et d’information
  • Identifier des domaines prioritaires de la recherche concernant cette maladie et ses complications possibles

K.J.

Commentaires:

Commentez...