CHAN : Quel intérêt ?

Henri Kasperczak nouveau sélectionneur de l'EN tunisienne

Le CHAN n’a de valeur que pour les équipes qui n’ont pas les moyens de postuler la CAN. La Tunisie fait-elle partie de cette catégorie de sélections ?

C’est non sans mûre réflexion que nous avons décidé d’aborder ce sujet, autant cette compétition continue à interpeller l’opinion sportive quant à l’intérêt qu’elle suscite.

Quand la FTF décide de confier la sélection des joueurs locaux au sélectionneur en chef de la sélection A, en l’occurrence Kasperczak, alors que celui-ci devrait se concentrer sur la double confrontation contre la Mauritanie (13 et 17 novembre) comptant pour le 2ème tour des qualificatifs au Mondial 2018, cela dénote une mauvaise gestion des affaires techniques de la part du BF.

Pour vous mettre dans le bain, il faut rappeler que les sélections tunisiennes (olympique, joueurs locaux et A) jouent sur trois fronts dans un espace de temps très court.

La sélection olympique prépare la phase finale de la CAN U23 (28 novembre au 12 décembre) du Sénégal, qualificative aux JO, les joueurs locaux disputent actuellement le tournoi de Tunis qualificatif à la phase finale du CHAN prévu en janvier 2016, alors que la Sélection A sera confrontée en aller et retour à la Mauritanie, en novembre, en éliminatoires du Mondial 2018.

Avec autant d’échéances en même temps, n’était-il pas judicieux que la direction technique nationale sacrifie une compétition (le CHAN exclusivement) pour mieux se concentrer sur les autres compétitions à la priorité indiscutable.

Nous ne cautionnons pas un forfait pur et simple car nous courons des sanctions sportives et financières de la part de la CAF, mais nous aurons aimé que cette sélection ne comprenne que des joueurs néophytes et qui n’ont pas de vécu international.

A ce titre, nous ne comprenons pas que des joueurs (confirmés) tels que Saber Khelifa, Fakhreddine Ben Youssef, Ali Maâloul ou encore Moncer fassent partie de cette sélection. Nous ne comprenons également pas le tollé soulevé par les journalistes par rapport à la non-sélection du gardien étoilé Aymen Mathlouthi.

Avec une soixantaine de caps, a-t-on besoin de mettre à l’essai le premier gardien de la sélection ? Le même raisonnement s’applique pour Ben Cherifia qui a été mis sur la liste des réservistes.

Cette sélection des joueurs locaux aurait dû être composée en majorité de l’équipe olympique, à laquelle on aurait ajouter quelques éléments qui se sont révélés en ce début de Championnat (Ben Amor, Lahmar, Khenissi, etc.).

En plus, sur le plan de l’encadrement technique, nous sommes surpris de l’approche suivie par la DTN. Kasperczak n’est pas le mieux indiqué pour coacher cette équipe. Le sélectionneur en chef aurait dû céder cette tâche à Maher Kanzari pour mieux se concentrer sur la prestation de nos joueurs professionnels évoluant à l’étranger. Faire ces deux tâches à la fois, c’est lui ôter cette espèce de recul qu’il doit avoir pour mieux appréhender les choses !

Et puis, que peut-on attendre d’un joueur comme Meriah qui collectionne les sélections entre l’équipe olympique, les joueurs locaux (CHAN) et l’équipe A, si ce n’est le mettre mal dans sa peau.

Notre bureau fédéral a toujours invoqué la mauvaise harmonisation des compétitions de la CAF avec celles de la FIFA. A notre humble avis, il ferait bien de mettre de l’ordre dans sa maison avant de s’acharner sur les autres.

Chahir CHAKROUN

Commentaires:

Commentez...