La Kasbah : Habib Essid, l’homme des réformes ?

HABIB ESSID (9)
Crédit photo : Webdo

Que ne nous a-t-on pas dit sur les réformes ? Sur le désenclavement des déshérités ! Sur cette Tunisie des régions ! Qu’il s’agissait de « la mère des réformes », qu’elle clarifierait les compétences, rétablirait les équilibres, organiserait le territoire de manière plus rationnelle…

Et, surtout, nous dit-on à la Kasbah, qu’elle permettrait l’intégration économique et social de larges pans des laissez-pour-compte de la croissance. Étrangement, les Tunisiens sont dans le doute.

Pourquoi ? Parce que le chef de la Kasbah, pour qui le déplacement à Washington est une forme de consécration sur la scène locale, est le champion de l’esquive et entend gouverner les hommes comme le plus grand nombre veut l’être.

Eh ! Oui… La collusion des élites politiques en Tunisie est une collusion de fait. Puisque le sauvetage des anciennes oligarchies financières au temps de Ben Ali l’emporte sur l’entreprise réformatrice du modèle de développement en cours. Comprenne qui pourra.

En réalité, Habib Essid, toujours sur la brèche, aurait été inspiré d’engager préalablement la véritable « mère des réformes », qui est celle de l’Etat, de ses dépenses et de ses lourdeurs, qui asphyxient le pays et l’entraînent vers le bas.

Si l’Etat veut crédibiliser son discours sur les réformes, qu’il se regarde dans une glace et qu’il commence par lui-même.

Imededdine Boulaâba

Commentaires:

Commentez...