Le simple vu en double

Séance unique - photo (Gnet)« Vive la double séance
Les souris dansent
Et ça balance… »

Tunis-Hebdo | La double séance expliquée par un fonctionnaire, vieux clou de l’inébranlable bureaucratie nationale : « On arrive à dix heures, on fait une pause à onze heures et on revient jusqu’à 12h30, ça c’est la première séance. On reprend à 14 heures et on quitte les lieux à 15 heures, ça c’est la deuxième séance« .

Si c’est cela la double séance, c’est quoi, alors, la séance unique ? Le vieux clou nous explique : « On dépose une veste légère sur le dossier de sa chaise et on fait croire à tout le monde qu’on est dans les environs. Il y a mille et une astuces pour dissimuler une absence continue et puis la solidarité entre collègues, ça vous permet de siroter un cocktail tropical bien allongé sur un transat face à la mer au moment où votre patron croit que vous suez comme un boulanger dans votre bureau sans clim« .

Oui mais comment peut-on se permettre tout cela ? N’y a-t-il pas de responsables qui contrôlent les entrées et les sorties, des supérieurs hiérarchiques qui veillent au respect de l’institution publique et de ses horaires.

Un vieux vaguemestre roublard et futé comme un bataillon de fonctionnaires nous explique : « Ah, là, il faut faire attention ! Il y a des supérieurs qui ne sont pas hiérarchiques pour un sou ; leurs administrés ne les respectent pas, soit pour leur incompétence, soit parce qu’ils établissent des rapports de copinage avec les employés. Ils demandent des services « extra » à tout leur entourage, font de leurs « chaouchs » de véritables majordomes et, bien évidemment, ils donnent l’exemple au personnel en venant tard au boulot et en rentrant plus tôt que prévu« .

Y a-t-il un moyen pour que l’administration reste fonctionnelle après 16 heures, en période de double séance ? Réponse du vieux clou : « Bien sûr que oui ! Il suffit de recruter des jeunes qui assureront le remplacement en prenant la place des fonctionnaires qui quittent l’administration plus tôt que prévu. Ils continueront à faire le même boulot jusqu’à l’heure de sortie. Ils viendront également de bon matin entamer le travail jusqu’à l’arrivée des fonctionnaires titulaires. Des doublons en quelque sorte qui répondront aux besoins des citoyens et feront en sorte que l’administration continue à rendre service aux citoyens« .

Si on double les fonctionnaires ça va coûter une fortune à l’Etat ? Réponse du vaguemestre roublard : « Mais non ! D’abord parce que l’Etat pourra employer les centaines de milliers de chômeurs, en plus il ne les titularisera pas, ils auront le statut de remplaçants et il pourra (l’Etat) les congédier quand il voudra, au cas où ils ne donnent pas satisfaction« .

Commentaire du vieux clou : « Comme ça, séance unique ou séance double, je pourrais siroter mon cocktail tropical, sans peur ni reproche, allongé sur un transat face à la mer. Seychelles, l’hiver. Hammamet, l’été« .

I.B.H.

Commentaires:

Commentez...