« La loi de réconciliation économique viole les principes de la Constitution tunisienne »

ARP
ARP

Le projet de loi pour la réconciliation économique continue à faire des vagues. Aujourd’hui, 27 août 2015, la coalition civile contre ce projet de loi a appelé à son annulation pure et simple, jugeant que son adoption compromettrait gravement l’avenir du pays.

Cette coalition est formée de plusieurs associations de la société civile en Tunisie et à l’étranger.

Lors d’un point de presse Ahmed Souab, juriste et membre de la coalition, a déclaré que cette loi de réconciliation économique est une violation de la Constitution tunisienne qui prône l’égalité, la transparence, la justice transitionnelle et qui combat la corruption. Pour lui, ce projet de loi est une « amnistie générale déguisée ».

D’ailleurs il y a tellement de violations constitutionnelles que ce projet s’invalide de lui même si on reste dans le cadre de la loi.

La coalition civile est ouverte au dialogue et à la discussion mais si ce projet est maintenu tel quel, la prochaine étape sera les tribunaux. Elle appelle également  à une réforme du système de justice transitionnelle.

Pour Abdeljelil Bedoui, économiste et également membre de la coalition, ce projet de loi n’aura même pas un rendement financier important, contrairement à ce que ses défenseurs proclament. Pour lui, il faudrait plutôt axer les efforts sur les moyens de vaincre l’insécurité, la mauvaise infrastructure et les inégalités sociales et régionales.

 

 

Commentaires:

Commentez...